Maria – Vous récoltez les résultats de vos actions

Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS MARIE!

Je viens ici aujourd’hui avec beaucoup de gratitude, d’amour et avec beaucoup d’affection dans le cœur. Le sujet d’aujourd’hui est de savoir comment surmonter les adversités sur votre planète. Depuis quelques temps, il semble que Gaïa se soit rebellée, révoltée, agisse de manière vengeresse et nerveuse, ne se souciant apparemment pas de ceux qui sont sous sa peau.

Alors, laissez-moi vous dire quelque chose : imaginez un grand récipient rempli d’eau, juste de l’eau. Et chaque jour, tu ajoutes un peu de sable, un peu de terre, juste un petit peu. Et puis vous regarderez cette eau et cela ne changera pratiquement rien. Mais vous répétez ce geste quotidiennement depuis des millénaires. Comme c’était vraiment peu, il a fallu un certain temps pour se rendre compte que l’eau qui était à l’intérieur jaillissait depuis longtemps, à cause de tant de sable, de tant de terre placée dans ce récipient. Et puis cette eau a mouillé ce qui se trouvait autour, endommageant peut-être quelque chose. Mais était-ce la faute de l’eau ? Elle était là, calme, en équilibre dans ce récipient, à vous de le remplir de terre et de sable. Et l’eau n’avait d’autre choix que de sortir du récipient, car il n’y avait plus de place pour elle.

C’était juste une image, une petite invention, une petite histoire. Maintenant, étendez cette action à votre planète dans son ensemble. Vous avez déforesté sans discernement, vous n’avez eu aucune pitié pour la peau de Gaia et cet équilibre qui existait n’est plus là. Ainsi, quand apparemment vous réalisez que votre planète est en colère, elle vous punit, ce qui est l’œuvre de Dieu Père/Mère, sa punition ; Ensuite, vous regardez vers le ciel et demandez : « Pourquoi, qu’ai-je fait pour mériter cela ? Pourquoi est-ce que je vis ça ? Pourquoi ai-je perdu celui que j’aimais ? La Terre m’a pris tout ce que j’avais !

Mais vous ne regardez pas en arrière, vous ne vous demandez pas : qui est arrivé en premier ? La cascade, la rivière, la mer ou les bâtiments environnants ? Qui est arrivé en premier ? Pourquoi insistez-vous pour vivre dans des endroits qui ne sont pas adaptés au logement ? Vous insistez pour vivre près des rivières, des mers et oubliez qu’il y a de la nature là-bas, et que tout ce que vous avez causé, tout le déséquilibre, en a résulté. Autrefois, l’équilibre régnait sur la planète, les pluies suffisaient à mouiller la terre, à aider les plantes à pousser et à se développer. Mais tout est équilibré, rien d’excessif. Là où il y avait de la glace, la glace restait là, car elle était à la température appropriée, elle ne changeait pas.

Vous avez produit des industries, vous avez produit de la chaleur, vous avez produit des particules dans votre atmosphère, vous avez réchauffé la planète, vous avez déforesté la planète, vous avez ensablé vos rivières, vous avez éliminé certaines rivières, vous avez changé le cours des rivières ; et vous voulez que tout cela atteigne l’équilibre que vous attendez, que vous souhaitez. Et puis je vous demande : quelle est votre taille par rapport à la planète ? Que représentez-vous à la surface de la planète ? Qui est le plus fort ? Pensez-vous qu’un jour vous pourrez contrôler la planète, contrôler ses actions, ses activités, les volcans, les vents, les eaux, les tremblements de terre. Pensez-vous que vous y arriverez ?

Alors regardez la taille de la planète et regardez-vous, vous ne contrôlez rien. Et pire encore, tu as tout aggravé. Ce prétendu équilibre, qui fonctionnait, vous l’avez rompu. Vous déséquilibrez chaque jour avec davantage de déchets que vous générez, que vous jetez dans vos océans, qui tuent des animaux, empoisonnent la terre, empoisonnent l’air ; construisez vos maisons dans les endroits les plus absurdes possibles, sans vous soucier de ce qui se passe, de ce qui est de côté, sans vous soucier du déséquilibre que vous provoquerez.

Ensuite, lorsque la réaction de la planète elle-même survient, vous la blâmez sur elle, sur Dieu le Père/Mère. Mais personne ne regarde ses propres actions, personne ne regarde ce que chacun a fait, ce que chacun a contribué à ce que cela se produise.

Personne ne retient la nature, mais vous le pensez, vous pensez que vous pouvez tout faire, que vous pouvez changer le cours des rivières, que vous pouvez stocker l’eau et que tout reste en équilibre. Rien de ce qui se passe n’est hors de propos. Tout est le résultat du déséquilibre que vous avez généré, et encore une fois, je répète ce que nous avons déjà dit : chacun est là où il doit être, chacun vivra ce qu’il doit traverser. Il n’y a aucune erreur. Chacun est là soit parce que c’était son propre chemin, soit parce que quelque chose a émané qui l’a amené là. Il n’y a pas d’erreur, il n’y a pas d’erreur.

Chacun récolte les résultats de ses propres choix. Qu’il s’agisse du choix de l’âme, qui déterminait le moment où elle partirait, ou des choix de vie eux-mêmes. Rien n’est mauvais. Vos cœurs, parmi tant d’autres sur votre planète, sont en deuil. Beaucoup perdent des êtres chers. Ce qu’il faut faire? Simplement, chacun de nous, surtout moi, prend chacun dans mes bras et l’entoure de tout mon amour et de mon affection. Maintenant, cet être doit accepter tout mon amour, car si la révolte s’installe dans son cœur, il s’éloignera de moi. Et ces âmes effrayées, dont beaucoup sont complètement intoxiquées, qui deviennent folles parce qu’elles ne comprennent rien, j’apporte aussi au

mes genoux, et je laisse chacun dormir du sommeil de l’oubli, pour que la déconnexion du corps puisse se produire, et quand ils se réveilleront, ils seront plus calmes et auront toujours un ange pour les porter chacun sur leur chemin.

Nous ne sommes pas impassibles, nous ne sommes pas insensibles à tout ce qui se passe sur votre planète, nous ne pouvons tout simplement pas intervenir, car tout ce qui se passe sont des leçons que nous espérons que vous apprendrez, afin que vous ne répétiez pas les mêmes erreurs dans la Cinquième Dimension. L’apprentissage est nécessaire. Nous ne pouvons donc rien faire. La seule chose que nous pouvons faire est de les accueillir avec beaucoup d’amour, c’est de serrer chacun dans nos bras avec beaucoup d’amour, pour qu’ils comprennent la leçon à retenir. Et les âmes, mais quand même, nous aidons chacun à recevoir le chemin qui lui est destiné.

Je ressens dans le cœur de chacun de vous la douleur, le sentiment, la tristesse de voir vos frères souffrir et mourir. Beaucoup se demandent que puis-je faire ? Pour ceux qui restent : soyez solidaires, aidez de toutes les manières possibles ; car ceux qui partent, pour les âmes qui partent, n’émanent que de la Lumière, émanent un sentiment d’amour pour chacun, pour qu’ils acceptent notre amour et notre protection. Parce que certains refusent de le faire et sont également respectés et emmenés là où ils doivent aller.

Je ne peux pas dire, mes fils et mes filles, que tout cela va passer. Je ne peux pas. Je serais accusé à l’avenir pour un mensonge que j’aurais dit ; au contraire, vous verrez de plus en plus les résultats de ce que vous avez créé vous-même. Ceci est nécessaire. Les âmes doivent partir, les âmes doivent apprendre, les âmes doivent évoluer. Chacun aura donc son propre chemin. Ne subissez pas la souffrance des autres, agissez, tel est votre rôle. Il ne s’agit pas de rester assis et de pleurer sur la souffrance de votre frère ; c’est agir, c’est soutenir, émettre de la Lumière pour ceux qui restent et pour ceux qui partent, telle est votre action.

Et surtout : analysez chaque événement qui se produit sur votre planète, pourquoi ? Qui a été touché ? Pourquoi a-t-il été touché ? Et vous aurez de nombreuses réponses. Et nous espérons que cet apprentissage servira de leçon pour le futur, afin que lorsque vous serez dans la Cinquième Dimension, vous ne répéterez pas les mêmes erreurs. Ayant vu, et certains ont même ressenti, les conséquences de ce que vous avez fait, il n’y a aucun moyen de contourner ce problème. Gaia pleure aussi. C’est comme si chaque point était déséquilibré, était un point malade sur la planète et Gaia ressentait la douleur. C’est comme s’il s’agissait de grosses blessures dont elle a besoin de libérer de l’énergie pour guérir, pour équilibrer.

Alors soyez prêts, cœurs attentifs, esprits ouverts. Il n’y a pas de punition. Il n’y a pas de punition. Il n’y a pas de punition.

Traduction automatique par IA traducteur

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier