Saint Germain – Attention à ce que vous propagez

Chers frères et sœurs de cette belle planète ! JE SUIS SAINT GERMAIN !

En ce moment, mon cœur est rempli de joie et de grande gloire. Le processus s’accélère, les transformations se font. Ce que je constate, c’est qu’à l’intérieur de votre monde, il y aura toujours le contraire, il y aura toujours ce qui essaie de se défaire, il y aura toujours ce qui essaie de ternir tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons. Les outils de ceux qui contrôlent encore la planète aujourd’hui sont en pleine action. Ils étudient, planifient et travaillent 24 heures sur 24 pour instiller le doute, la peur, le désespoir et la discorde. Malheureusement, ils y parviennent, car la grande majorité est entraînée dans cette même énergie, y est connectée et reçoit toute cette charge de peur et de désespoir.

Tout se passe alors comme si tout le monde s’asseyait, tout le monde se détendait, il n’y a plus rien à faire que d’attendre l’heure de la mort. Il n’y a plus de raison de se battre, il n’y a plus de raison de s’accrocher, il n’y a plus de raison de changer quoi que ce soit, de faire bouger quoi que ce soit… tout changer ne fait qu’empirer les choses. C’est la grande intention de ceux qui dirigent votre planète. Oui, ils le font encore, car leur plus grande arme est toujours active. Beaucoup d’entre vous nous demandent peut-être : “Si vous êtes si puissants, pourquoi ne faites-vous rien ?”. Et je réponds : “Qui a le pouvoir d’allumer votre téléviseur, qui a le pouvoir de choisir d’écouter ce qui s’y dit ? Ce n’est donc pas à nous de vous imposer de ne pas écouter, de ne pas écouter ce qui se dit.

C’est à chacun d’entre vous de réaliser à quel point cette énergie est néfaste et destructrice pour vous et de prendre l’attitude d’éteindre le bouton. Nous ne pouvons alors rien faire, il faut que cela vienne de vous. Mais malheureusement, les masses se rendent compte que c’est là qu’elles apprennent et qu’elles se tiennent au courant de ce qui se passe dans le monde. Suivre, apprendre ? Apprendre quoi ? À célébrer la violence, à célébrer le mal, à célébrer toutes les attitudes qui vont à l’encontre de la Lumière. 

Je demande à chacun d’entre vous : si vous n’entendiez que des nouvelles sur la Lumière, les regarderiez-vous ou seriez-vous dégoûtés, fatigués de voir tant de choses que vous n’avez pas ? Non, vous ne le feriez pas, étant donné que beaucoup se rebelleraient même et diraient : “Je ne peux rien avoir de tout cela, alors pourquoi continuez-vous à me le montrer ?” Pourtant, la beauté, la lumière et les belles choses sont à la portée de tous, mais vous ne savez pas les percevoir de cette manière.

Ainsi, lorsqu’on vous montre de la violence, vous l’acceptez dans la mesure où elle fait partie de votre quotidien ; vous acceptez la confusion dans la mesure où elle fait partie de votre quotidien ; vous acceptez le mal, les intrigues et les ragots dans la mesure où ils remplissent votre quotidien. Ne blâmez donc pas ceux qui ont créé ce moyen de communication, ne les blâmez pas, car le pouvoir de choisir de l’activer ou de le désactiver est le vôtre, pas le leur. C’est comme un gros tube de mélasse au milieu de la forêt. Seulement, ce tube est une grande tromperie, car quiconque touche ce miel en devient dépendant. Et au début, personne n’a le courage, jusqu’à ce que le premier le touche et que tout le monde se rende compte qu’il ne s’est rien passé. Mais ils ne se rendent pas compte que celui qui l’a touché la première fois ne peut pas retirer sa main, il est pris au piège, attaché, intoxiqué, dépendant de ce miel.

Il en est de même pour vous. Vous êtes devenus dépendants de tout ce que vous entendez, vous aimez suivre la violence. Alors beaucoup pourraient dire : “Non, mais est-ce que j’ai besoin de savoir comment est mon monde ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pour avoir peur ? Ou bien devriez-vous vous préoccuper de votre cheminement, de votre confiance dans les êtres qui vous protègent et oublier le monde extérieur ? Vous devrez vous préoccuper de votre santé, de votre alimentation, de ce que vous émanez. Mais non, vous vous préoccupez de suivre ce que l’on vous dit, de recevoir cette énergie, de partager et de faire partager cette énergie à beaucoup.

Vous écoutez donc n’importe quoi, vous entendez n’importe quoi, vous propagez n’importe quoi. Rares sont ceux parmi vous qui, lorsqu’ils reçoivent une nouvelle, essaient de voir la vérité, essaient d’enquêter, essaient de voir la source, qui l’a produite. Non, vous la prenez et la propagez, puisque (, soi-disant,) la nouvelle est soi-disant bonne pour vous. Mais est-elle vraie ? Vous ne savez même pas, vous l’avez regardée, vous l’avez identifiée de votre point de vue comme étant vraie, alors répandons-la.

Et si je vous disais que ce n’est pas vrai ? Et maintenant ? Vous avez introduit la même pensée dans l’esprit de nombreuses personnes. Comment la faire sortir maintenant ? Jusqu’où l’avez-vous diffusée ? Si vous aviez le contrôle, vous pourriez dire un par un : “Écoutez, ce que je vous ai dit est un mensonge, ne le croyez pas”. Non, vous n’avez plus ce contrôle. Et ceux qui ont entendu ce que vous leur avez envoyé n’auront pas l’occasion de savoir que ce n’est pas vrai, car vous ne pourrez pas les retrouver. Mais vous le faites tout le temps, cela vous semble merveilleux.

Quelqu’un demande-t-il à son propre cœur ou à ses maîtres si les nouvelles sont vraies ? Non, personne ne le demande. Vous allez la répandre. Bien sûr, en croyant que c’est vrai, en voulant répandre la bonne nouvelle. La bonne nouvelle ? D’où vient-elle ? Le savez-vous ? Quelle est la source ? Est-elle vraie ? Le savez-vous ? Avez-vous écouté dans votre cœur pour voir s’il y avait une énergie positive ou si c’était une énergie trompeuse ? Non, vous ne pensez pas, vous voulez la répandre. Nous avons dit ici très souvent que vous devez faire très attention à ce que vous entendiez et à ce que vous lisez. Mais c’est ce qui se passe, vous ne vous arrêtez pas pour analyser ce que vous lisez ou entendez, vous le propagez.

Je vais donc vous mettre une image en tête. Si vous étiez silencieux, tout le processus serait beaucoup plus avancé, car il n’y aurait pas de diffusion d’énergies trompeuses, de fausses énergies. C’est comme si nous étions dans une grande salle. Chacun de nous, Êtres de Lumière, est là, à l’intérieur de cette salle, nettoyant chaque point de cette salle, chaque petite pièce, chaque point du mur, chaque point du plafond. Tout est brillant, tout est merveilleux. Et puis quelqu’un arrive avec des pieds boueux et entre dans la salle. Elle se rend compte longtemps après qu’elle aurait dû voir ce qu’il y avait dans cette pièce, qu’elle était en train d’être nettoyée. Mais cette personne n’a pas vu et est entrée avec des pieds boueux, et lorsqu’elle s’est retournée, elle s’est rendu compte de la boue sur ses chaussures. Et elle n’a aucun moyen de la nettoyer, parce qu’elle n’a rien dans les mains pour le faire. Quel était l’intérêt pour nous tous d’essayer si fort de rendre ce hall propre ?

Et en même temps, d’autres personnes entrent, apportent de la poussière, de la saleté de l’extérieur et salissent à nouveau le hall. Parce que ce n’est pas important pour eux que le hall soit propre, ce qui compte, c’est qu’ils aient un endroit où marcher. Ils ne s’inquiètent pas de salir le hall, ils ne s’inquiètent pas que quelqu’un doive le nettoyer à nouveau. Et beaucoup penseront encore : “Une salle si grande, pourquoi ne pouvons-nous pas nous y promener ?” Et il appellera les autres : “Entrez ! Remplissons la salle”. Et la saleté se répandra à nouveau.

Cette salle est votre planète et les personnes, c’est vous. Alors, nous éliminons la couche d’énergie négative. Et que faites-vous ? Vous répandez la même énergie. Pourquoi faites-vous cela ? Parce que vous ne pouvez pas faire la différence entre le bien et le mal. Vous ne pouvez pas dire si cette nouvelle est vraie ou non. Je ne vous dirais pas que c’est décourageant, car nous ne répondons pas à ce sentiment. Si nous étions des êtres humains, je vous dirais que nous abandonnerions, étant donné que nous nettoyons ce hall depuis longtemps et que vous continuez à le salir. Mais nous n’abandonnons pas, nous continuons. 

Maintenant, chacun d’entre vous, précisément à cause de ces actions irréfléchies et intempestives, attire à lui davantage d’énergies négatives. Cette nouvelle que vous trouvez merveilleuse, c’est vrai, vous l’avez consommée, étant donné que vous vous êtes concentrés sur elle, et pire, vous l’avez diffusée, ce qui se répercute et vous en recevrez le résultat par la suite.

Vous ne semblez donc pas avoir appris. Nous nettoyons et vous salissez. Il n’est plus opportun que je vous apprenne à distinguer les vraies nouvelles des fausses. Ce temps est révolu. Nous vous avons dit et enseigné de nombreuses façons de les détecter. Mais vous vous croyez trop bons, vous vous croyez trop prêts, vous vous croyez déjà dans la cinquième dimension. Alors, quand vous lisez quelque chose… “Non, c’est vrai !” Et vous passez à autre chose. Et puis, je vous demande : demain, quand vous découvrirez que ce n’est pas vrai, qu’allez-vous faire ? Vous asseoir et pleurer ? Je vous dis que cela ne servira pas à grand-chose, vous devrez vous excuser auprès de tous les citoyens que vous avez trompés en diffusant ces fausses nouvelles. Oui, vous l’avez provoquée.

Le sujet du moment est Gesara/Nesara. Je n’en dirai rien. Ce n’est pas encore le moment pour moi de venir ici et d’en parler. Je ne vais pas non plus dire ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. C’est à chacun d’entre vous, à ce stade de votre voyage, de savoir discerner ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. C’est à vous, à ce stade de votre voyage, de savoir discerner ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. Sachez ne pas laisser l’ego vous remplir, ne pas laisser l’ego prendre les devants, ne pas installer des idées dans votre esprit et penser que tout va bien. Je n’en dirai rien. Ce que vous entendez ou lisez est-il vrai ou faux ? Je n’en dirai rien. Ce n’est plus à moi ni à aucun Être de Lumière de vous apprendre à discerner ce qui est bien de ce qui est mal, ce qui est vrai de ce qui est faux, ce qui est une nouvelle qui vient de la Lumière, de ce qui est une nouvelle qui ne vient pas de la Lumière.

Nous continuerons à nettoyer ce hall, pour toujours s’il le faut. Et chacun d’entre vous devra apprendre, au fil du temps, à réaliser que cette salle doit rester propre et à y entrer pieds nus, à ne plus la salir ; à être un quotient d’ajout à cette énergie de propreté. N’attendez donc pas de moi une position, n’attendez pas de moi que je dise que “a” ou “b” est bien ou mal. C’est à chacun d’entre vous d’apprendre à écouter son cœur, et non son ego. Ne vous faites pas votre propre opinion pour la répandre pas dans le monde. Si vous croyez en quelque chose, gardez-le pour vous, car demain, si ce n’est pas vrai, vous n’aurez touché personne. Maintenant, si c’est faux et que vous le propagez, vous n’aurez certainement le retour de ce que vous avez fait parce que vous n’avez pas fait attention, vous n’avez pas écouté votre cœur, vous n’avez pas écouté vos professeurs avant de répandre cette nouvelle.

Alors ce n’est plus à nous de rester ici à répéter sans cesse ce que vous savez déjà, ce n’est plus à nous de le faire. Et nous l’avons dit, et je terminerai en le répétant : les nouvelles des révélations viendront. Et ne pensez-vous pas que vous nous imiterez un jour. À aucun moment, vous n’essaierez de faire quelque chose de semblable à ce que nous disons, en vous réclamant de nous. Qu’est-ce qui les empêche de le faire ? Ils ont déjà mis nos images dans le ciel, qu’est-ce qui les empêchera de nous mettre sur leurs appareils en disant quelque chose ? Rien. Maintenant, c’est à chacun d’entre vous de l’écouter et de le ressentir avec son cœur. Alors, moi et nous tous, nous pourrons dire que vous êtes prêts pour la cinquième dimension.

Mais si vous ne savez pas encore comment faire, je vous propose d’apprendre. Et je veux dire rapidement. Et arrêtez de répandre des nouvelles. Vous n’avez pas encore réalisé la gravité de l’acte que vous perpétrez sans cesse. Vous n’avez toujours pas compris. Peut-être qu’un jour, plus tard, quand vous vous rendrez compte du mal que vous faites, vous apprendrez. Aurez-vous le temps ? Aurez-vous le temps de reprendre cette route ? Car vous avez fait quelque chose et toute action a toujours une réaction.

Traduction par Marcia trumeau

Révision par Ingrid de Rio Campo

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier