Sananda – Croire

Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS SANANDA !

Une fois encore, le fait d’être ici est toujours un motif de grande joie. C’est l’occasion pour moi de me rapprocher un peu plus de l’esprit de chacun de vous. Aujourd’hui, je vous présente un sujet un peu complexe, voire polémique, je dirai : la croyance, la conviction. Qu’est-ce que croire ? Beaucoup appellent cela avoir la foi, la confiance. C’est une façon de comprendre ce qu’est croire. Or, il est très important de ne pas traduire le fait de croire, de placer dans un être ou dans un objet tous vos efforts, tout votre souhait, comme s’il s’agissait d’une chose magique à laquelle vous croyez et qui arrivera. Certains diront : “Oh, mais cela arrive à beaucoup de gens.”

Certes, mais êtes-vous à l’intérieur de(s) ces gens pour savoir ce qu’ils ont fait, indépendamment de croire ? Suivez-vous leurs parcours, suivez-vous leurs sentiments ? Non, vous ne regardez que de l’extérieur. La croyance consiste à se concentrer, à voir ce qui se passe exactement. La croyance consiste à ne pas se soucier du comment, correctement, toutes ces choses sont correctes. Ce sont les étapes de la croyance. Et où intervient votre part, où intervient votre quote-part dans tout cela ? Permettez-moi de vous donner un exemple : vous avez une semence, vous la plantez. La terre, l’eau et le soleil font germer cette semence et elle peut, au bout d’un certain temps, devenir un beau légume, un bel arbre. Tout cela dépend de la semence plantée.

Puis, vous me direz : ” Vous voyez, l’arbre a poussé tout seul, moi, je n’ai rien fait “. Je vous réponds : en réalité, votre seule intervention a été de mettre la graine dans le sol. Mais de par la nature même de la graine, elle a un cycle d’évolution, un cycle de vie, où elle sait qu’étant dans le bon environnement, il lui faut se développer et elle dispose de toute l’aide de la nature pour aboutir au terme de son processus. Ne comparez pas vos aspirations, vos pensées, à une simple graine. La graine est vivante, elle porte la vie en elle. Les cellules d’une graine, même si elles semblent mortes, elles sont en pleine évolution et, si elles sont placées dans un milieu adéquat, elles ont la possibilité de germer et de pousser. Ne comparez pas vos désirs à une graine.

Donc, allez, vous voulez vraiment avoir quelque chose et vous placez une idée quelque part, mais vous l’oubliez. Vous avez un jour planté cette idée, mais qu’en avez-vous fait ? Rien, vous n’avez pas focalisé votre attention dessus, vous ne l’avez pas vu arriver ni crû qu’elle pouvait germer et pousser, puisqu’elle n’a pas de vie, c’est juste un souhait. Un souhait est quelque chose qui se présente dans votre esprit, pas dans la terre, pas dans l’air, pas dans l’eau. Le souhait se trouve dans votre esprit. Vous émettez à l’Univers ce que vous voulez, puis vous commencez à croire que cela marchera. Cependant, vous avez eu l’idée et vous n’y avez cru qu’une fois, sans l’avoir développée. Alors, que devient-elle ?

De nouvelles idées surgissent et elle est enterrée par d’autres idées de plus en plus nouvelles, et puis un jour, vous vous souvenez de cette idée : ” Je n’ai plus jamais pensé à ça. ” Ensuite, elle redevient la priorité. Mais vous l’oubliez à nouveau et elle sera à nouveau enterrée par les autres souhaits. Prenons donc une autre modèle :

Vous avez l’idée et chaque jour, vous la nourrissez, mais avec quoi ? Ce n’est pas avec l’eau, ni avec le soleil, ni avec la terre. Vous la nourrissez de bons sentiments, vous la nourrissez de la joie de voir votre idée se manifester, de la joie de voir votre idée se matérialiser. Mais si vous le faites quand c’est possible, vous vous souvenez et vous mettez un peu plus d’engrais sur cette idée. À chaque fois que vous le faites, vous émanez un sentiment et l’idée se répand dans l’Univers. En revanche, si vous l’oubliez, elle se fane, perd sa vitalité et, pour l’Univers, elle meurt quasiment. L’Univers cesse de porter attention à votre idée parce que vous ne le faites plus vous-même.

Maintenant, si vous considérez régulièrement l’idée, si vous la remémorez et y ajoutez une autre graine, un autre engrais, pas une graine ou un engrais physique, mais le sentiment de réalisation, de joie, de voir l’idée se concrétiser, elle se concrétisera également dans l’Univers. Et elle commence à germer et lorsque vous y mettez suffisamment de joie et de détermination, l’idée se réalise parce que vous l’avez fait pousser, vous l’avez nourrie, vous lui avez donné la force de grandir. Il ne s’agit pas d’une idée que vous avez plantée dans votre esprit… “Ah, je laisse faire l’Univers.” Oui, l’Univers le fera, mais il s’occupe toujours en premier de celles qui sont nourries, qui sont abondamment arrosées, tandis que la vôtre est laissée en arrière.

Que signifie donc “croire” ? Croire, c’est se focaliser, garder le focus, faire évoluer l’idée, la fertiliser avec d’autres idées complémentaires, de sorte qu’elle se développe et prenne forme. Je vais donc faire un parallèle, lorsque vous croyez en nous : ” Ah, je crois à tel ou tel être, à tel ou tel être “. Très bien, puis nous affirmons certaines choses et vous nous contestez, vous ne suivez pas les conseils que nous vous donnons, vous n’acceptez pas ce que nous disons. Évidemment, nous ne souhaitons pas ici la présence de marionnettes ou de pantins, car vous avez le libre arbitre. Toutefois, sur certains points dont nous avons traité, si vous n’êtes pas d’accord ou si vous ne croyez pas, vous finissez par attirer sur vous beaucoup de doutes.

Le doute est un sentiment très puissant, qui entraîne la rupture de la croyance, de sorte que cette dernière ne soit plus suffisamment forte. Puis, tout ce que nous disons, vous commencez à le remettre en question, vous commencez à douter et cela augmente aussi, car vous alimentez les doutes, vous ne faites plus confiance à ce que nous disons. Et votre croyance est amoindrie, elle est détruite. Je le répète, nous ne voulons pas de marionnettes, ni de pantins qui hochent la tête et sont d’accord avec tout ce que nous disons. Vous devez réfléchir, bien sûr. Réfléchir à ce que nous disons est une chose, douter ou ne pas croire en est une autre.

Réfléchir, c’est donner à votre esprit le temps d’absorber ce que nous disons, de comprendre, d’assimiler, bref, tout va bien. En revanche, contester, douter de ce que nous disons, alors votre croyance est déjà contaminée depuis longtemps. Ainsi, pour clôturer ce sujet si complexe que je vous ai présenté ici, d’une manière si simple, mais qui n’est pas si simple, je dirai simplement que croire, c’est se concentrer, c’est y penser.

Et lorsque le doute apparaît, ne le laissez pas grandir, cherchez à comprendre, cherchez la vérité, afin que la croyance devienne de plus en plus solide. Si vous laissez le doute se développer, cette croyance va s’étioler et le moment viendra où vous remettrez en question tout ce que nous disons, vous ne croirez plus en rien. Et il vous sera très difficile de voir la vérité, car vous vous êtes laissé emporter par ce qui vous enveloppe et vous fait douter. Lorsque vous ne comprenez pas quelque chose dont nous parlons, demandez-nous de vous le montrer d’une manière simple qui vous permettra d’en comprendre la vérité et nous serons heureux de vous le montrer. Et nous insistons toujours : ne doutez pas, car celui qui doute ne croit pas et celui qui croit ne doute pas.

À quelle étape du voyage vous situez-vous par rapport à nous, à nous tous ? Si vous croyez tout ce que nous disons, si vous croyez les yeux fermés, sans même comprendre de quoi il s’agit, ceci n’est pas bon non plus, en effet. Vous êtes alors une marionnette. Vous devez croire et comprendre ce que nous disons. Si vous ne comprenez pas, demandez-nous de vous expliquer. Cela consiste à croire, à faire confiance, à se concentrer et à avoir la foi. Mais pas la foi qui consiste à poser un verre sur une étagère et à croire en la possibilité d’en faire jaillir quelque chose. Pour que cela se produise, vous devez déjà être très évolués, et vos esprits n’en sont pas encore capables. Ayez donc la foi en des choses tangibles, en ce que vous pouvez contribuer à créer. Dans ce cas, oui, la croyance sera totale, et l’Univers fera sa part et aidera à ce que cela se produise sur son chemin.

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier