Sananda – L’ivraie ou le bon grain ?

Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS SANANDA !

C’est encore une fois avec une grande joie que je viens parmi vous tous aujourd’hui. Je voudrais que chacun de vous se voie assis sur une grande plaine, me voyant aussi assis au sommet d’une petite colline. L’acoustique aide beaucoup et tout ce que je dis, comme par magie, arrive aux oreilles de tout le monde. Ouvrez simplement vos cœurs et vous m’entendrez.

Le moment est difficile ; il semble que les choses deviennent de plus en plus étranges. Tout a un but : apporter de plus en plus le sentiment de désorganisation, de danger, d’arrogance, de supériorité et comme but final, apporter la peur. Ne soyez pas dominés par la peur, la peur en ce moment est le pire conseiller.

Regardez chaque situation grotesque, chaque situation horrifiante, chaque situation d’extrême violence, comme étant le moyen, le seul moyen, en fait, pour eux de démontrer ce qu’ils sont réellement.

Pendant longtemps, ils se sont cachés, sous une couverture de bonté, de Lumière et ont réussi à tromper beaucoup de personnes, mais cette couverture s’est dissoute. Aujourd’hui, ils sont ce qu’ils sont effectivement et ils ne cherchent plus à vous séduire, avec de jolis visages ou des attitudes bienveillantes. La stratégie maintenant est différente, c’est de vous dominer par la peur, c’est de faire craindre à chaque habitant, l’instant suivant de sa vie, de son chemin. Nourrir cette peur, c’est attirer exactement ce qu’ils veulent. Ceux qui ne se laissent pas nourrir par cette peur, ne souffrent rien, car ils n’attirent pas ce qu’ils font vibrer, au contraire, ils repoussent.

Or, si vous vous laissez dominer par la peur en pensant qu’il s’agit d’une situation difficile à endurer, ou que la probabilité que cette situation vous arrive est immense, rassurez-vous, vous l’attirez à vous, car vous vous connectez avec cette même énergie qu’ils ont émise et que vous attirez.

La grande sagesse du moment présent est de ne s’accrocher à rien, c’est de regarder un horizon ensoleillé, lumineux et fleuri. C’est l’image à laquelle vous devez vous connecter, car c’est une image de Lumière, d’Amour, de beauté, de paix d’esprit. Et plus vous vous connectez avec elle, plus elle devient réelle, palpable dans votre monde et sur votre chemin. Maintenant, si vous regardez cette situation de peur et que vous la nourrissez, c’est exactement ce que vous allez attirer, une situation qui augmente de plus en plus.

Qu’est-ce que vous vibrez en ce moment : Lumière ou peur ? L’indifférence à ce monde qui se présente ou la peur de ce monde ? La confiance que le soleil brille là-bas, la confiance qu’un monde merveilleux existe ou la certitude que le monde est ce qu’il est, violent et triste ? Qu’est-ce que vous vibrez en ce moment ? Qu’est-ce que vous attirez à vous ? De plus en plus, vous ne verrez que cela, comme si le monde avait vraiment perdu son emprise. De plus en plus, seuls des cas extrêmement étranges et tristes, violents, dangereux apparaîtront, donnant le sentiment que le danger est dans un coin du couloir de votre maison, pas à l’extérieur, qu’il est à l’intérieur, et ceci n’est pas vrai. Le mal n’entre dans votre maison que si vous ouvrez la porte ; le mal n’entre dans votre esprit que si vous vous y connectez.

Vous obtenez ce avec quoi vous vous connectez. À quoi êtes-vous connecté maintenant : à la Lumière ou aux ombres, à la Lumière ou à la peur, à la Lumière ou à quelqu’un ? Ce n’est pas le moment de vous connecter avec qui que ce soit, de vibrer pour quelqu’un, de se battre pour quelqu’un. Le temps est de vibrer pour soi, de se battre pour soi, de rester dans la Lumière. Tous les autres frères feront ou devraient faire la même chose et chacun fait son choix. Et je peux dire à chacun de vous : une aiguille dans une botte de foin est difficile à trouver. Aujourd’hui, à l’intérieur de cette masse qui est là, il est difficile de trouver du blé, car on ne voit que de l’ivraie. Mais si celui qui est “blé” élève son esprit, ramène son chemin vers la Lumière, il sortira de l’ivraie et pourra poursuivre son chemin.

Tout est très bien séparé, c’est comme l’eau et l’huile. L’huile ne se mélange pas à l’eau, elle peut y rester un moment, mais ensuite, elle se sépare. Vous vous présentez aussi de cette manière ; vous pouvez être parmi l’ivraie, mais si vous vous élevez, si vous marchez vers la Lumière, vous sortez de cette ivraie et redevenez “blé”. La séparation a commencé il y a longtemps ; ça n’arrive pas maintenant, soudainement. Ce qui se passe, c’est que la masse de l’ivraie s’est rassemblée pour voir si elle s’assemble, en une grande masse qui pourrait remporter une victoire. Cette masse n’arrivera à rien. Est-ce qu’elle augmente ? Oui, elle augmente, à cause de la peur qu’elle alimente, mais elle ne vaincra jamais la Lumière. Et ce n’est pas une bonne stratégie pour une bataille, tous les soldats rassemblés en un même point. C’est une stratégie extrêmement risquée, mais ils jouent leurs dernières cartes.

C’est facile pour nous, car nous savons exactement où se trouve l’ivraie. Mais ne pensez pas que nous allons attaquer quelqu’un, nous sommes la Lumière. Notre préoccupation en ce moment est de retirer de cette masse ceux qui y sont entrés par erreur, par insouciance, pour croire en quelque chose de faux, de pas réel ; ceci est notre but. Maintenant, nous voulont que chacun de vous regarde et se dirige vers la Lumière pour sortir de cette masse ; c’est ce que nous souhaitons maintenant et nous vous guidons vers la Lumière. Beaucoup ne peuvent pas, n’arrivent pas à admettre qu’ils ont tort, alors ils restent là où ils sont. C’est dommage, car ils seront au milieu de la masse et souffriront toutes les conséquences comme celui qui est à l’intérieur de cela.

Il est encore temps de vous réveiller ; il est encore temps de faire de nouveaux choix, mais ce temps touche à sa fin. N’attendez pas trop longtemps, ne mettez pas votre propre vie de côté pour le bien des autres. Regardez cet horizon, lumineux et fleuri, et si vous regardez bien, avec foi et confiance, vous trouverez le chemin pour y arriver. Vous n’arrivez pas ? Nous sommes là. Demandez simplement notre aide et chacun de nous vous contactera et vous pourrez choisir la main que vous souhaitez saisir. Mais au final, sachez que vous serez là, de l’autre côté, loin de cette grande masse, en vous rappelant simplement qu’un jour, vous étiez à l’intérieur, et que vous étiez presque, vous étiez très près de rater le bon moment pour faire un choix.

Ne manquez pas ce moment. Personne ne peut avoir un pied là-bas et un pied ici. Soit, vous êtes de l’ivraie, soit vous êtes “blé”, moitié-moitié ne le fait pas. Faites donc votre choix, mais faites-le vite, car le temps presse. Regardez dans vos cœurs et décidez : que voulez-vous être en ce moment : du bon grain ou de l’ivraie ?

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier