L’Archange Michaël en direct 08-01-24

Mes bien-aimés ! JE SUIS L’ARCHANGE MICHAËL !

Oui, je viens ici aujourd’hui, un peu plus tôt que ce que nous avions convenu, mais il n’y a aucun problème à ce que je vienne ici aujourd’hui. Je ne pense pas non plus que ce soit un problème pour vous ! Je suis extrêmement reconnaissant de voir tant de petits cœurs briller simplement grâce à ma présence. C’est, disons, merveilleux, car comme je l’ai dit la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, je veux ces petits cœurs qui brillent à mes côtés ! En ce moment, je peux voir chaque cœur briller, chaque cœur plus grand que l’autre,  simplement briller, briller tellement parce que nous sommes tous réunis en ce moment. Voilà, mes frères, ce que je veux. Je veux des cœurs unis. Je veux des cœurs brillants. Je veux des cœurs évolués. Fini le temps de la tromperie ! Plus de temps pour les masques. Plus de temps pour que les personnes ne soient pas ce qu’elles sont vraiment. 

Non, je ne vais pas parler de la rencontre, ce n’est pas pour cela que je suis ici aujourd’hui !

Nous commençons un nouveau cycle. Que vous ai-je dit il y a quelque temps ? Que je prendrai un peu de recul et que je laisserais la direction de tout ce processus à Sananda, et c’est ce qui s’est passé ! Et Sananda, bien sûr, a réussi à amener tout ce processus là où nous sommes, et très bien d’ailleurs ! En fait, il ne pouvait pas en être autrement. Nous commençons donc, Sananda et moi, un nouveau cycle, une nouvelle ère, un nouveau parcours. Non, non, ce ne sera pas un parcours au cours duquel nous ferons toutes sortes de choses, pas encore.

 J’ai dit que beaucoup de choses allaient changer. C’est vrai ! Vous recevrez énormément de choses, mais en temps voulu.  Mais, il est toujours bon de rappeler un peu les choses, d’apporter un peu de règles, ce que la plupart apprécient peu… La grande majorité pense que c’est absurde… “À quoi servent les règles “ ? Dans la Cinquième Dimension, il n’y aura pas de règles !” C’est vrai. Mais, dans la Cinquième Dimension, il n’y aura pas de dualité ! Dans la Cinquième Dimension, il n’y aura pas le mal, il n’y aura qu’un seul sentiment : l’Amour ! Et, ce sentiment, l’émanez-vous à 100 % aujourd’hui, ici et maintenant ? Bien sûr que non ! Alors, il faut des règles. Oui, il faut des règles. Disons que pendant longtemps, je n’ai rien dit à ce sujet, j’ai laissé couler (comme vous dites). Mais, comme je l’ai dit et je le répète, nous commençons un nouveau cycle, il est toujours bon de rappeler les règles.

Mes frères et sœurs, le cheminement vers la Cinquième Dimension est fait de quoi ? Je réponds, de choix ! Il est fait de changements. Il est fait d’élimination de croyances. Ce n’est pas simplement un chemin que vous prenez et que vous suivez jusqu’au bout, sans obstacle, sans besoin de quoi que ce soit, bien au contraire.

Le cheminement vers la Cinquième Dimension est de plus en plus complexe, car au fur et à mesure que l’on avance, que l’on se rapproche du point central, les choses deviennent plus difficiles. “Ah, mais ne devrait-ce pas être l’inverse ? Ne devrait-il pas être de plus en plus facile d’y arriver ?” Non ! Si c’était le cas, vous y seriez déjà. À chaque étape, il faut une épreuve, à chaque étape, il faut une règle, à chaque étape, il faut tout ce qui permet de prouver que l’on est prêt ou pas. Je dirais que le cheminement est une escalade, j’ai toujours utilisé cette figure, où l’on monte et où, par un petit faux pas, on glisse et on revient en arrière. Cela n’a pas changé et continuera jusqu’à la fin. Maintenant, c’est à chacun d’entre vous de vouloir escalader. À chacun de se dire, à chaque faux pas : “Je remonte, je n’abandonne pas !” et de continuer, ou de s’asseoir sur le chemin et de pleurer, ou “ah, ça suffit pour moi, je n’en veux plus, j’en ai assez”, et se laisser glisser jusqu’au pied de la montagne, retournant totalement dans la troisième dimension. Cette escalade, ce chemin, est donc fait de choix. Si vous êtes prêt à relever les défis, vous pourrez glisser autant de fois que vous le souhaitez, vous escaladerez à nouveau et essayerez, glisserez, ressayerez et glisserez jusqu’à ce qu’un jour, vous franchissiez cet obstacle, parce que c’est ce que vous voulez, vous êtes prêt.

À quel moment de ce parcours, se trouve quelqu’un qui siffle : “Allez, on y va ! Allez, tout le monde ! Allez… allez… montez !” Y a-t-il quelqu’un comme ça ? Vous avez atteint un point de votre parcours où il n’y a plus d’instructeur ou d’enseignant qui vous pousse vers le haut en disant : “Allez ! Allez, on y va ! Allez ! “, vous encourageant. Alors maintenant, chacun de vous est seul, il n’y a plus personne qui vous dit à l’oreille : ” Allez, grimpe ! Il faut monter ! Non, c’est fini ! Vous savez au fond de vous qu’il faut monter, alors personne ne va vous dire : ” Monte, il faut monter ! Ne vous découragez pas !” Non, c’est fini ! À ce stade du parcours, il n’y a personne d’autre qui vous pousse vers le haut. Il s’agit simplement de votre volonté de monter, ou non.

Alors, je veux que vous preniez tout ce que j’ai dit ici, que vous mettiez tout dans un panier et ne gardiez qu’une phrase : je me débrouille tout seul ! Il est clair et évident que nous sommes à vos côtés. Chaque fois que vous nous demanderez de l’aide, nous serons là ! Mais nous ne vous donnerons aucun coup de pouce ! Nous n’enlèverons pas les petits cailloux qui se trouvent sur votre chemin. Nous pouvons juste vous donner la force et l’énergie de continuer à grimper, c’est tout. 

Alors, une fois pour toutes, n’attendez plus que les autres fassent ce que vous devez faire ! N’attendez plus que les autres vous disent que faire. N’attendez plus que les autres vous disent que faire ! Non, je ne suis pas fou ! Je le répète pour que vous vous en souveniez !

À ce stade, le parcours est individuel, ce n’est plus un groupe, ce n’est plus le groupe qui va dire ” allez, vous pouvez le faire ! ” C’est  fini ! Vous êtes tout seul. C’est vous qui décidez : “Je monte !” ou “Non, je m’arrête là, je pars” ou “Oh, je vais me reposer un peu. Peut-être que dans 10 ans, je monterai ?”. C’est le choix de chacun ! Alors, arrêtez de penser qu’on va vous faire la courte échelle tout le temps, qu’on va vous hisser en haut de la montagne. Nous ne le ferons pas ! Le cheminement est individuel. Cessez de vous appuyer sur les autres.

Il est intéressant de constater que vous voulez que tout soit prêt, que vous ne voulez rien faire, vous voulez que tout soit fait. Comme il serait merveilleux de prendre une pilule et d’arriver au sommet de cette montagne, qui serait déjà la Cinquième Dimension, n’est-ce pas ? Mais cette pilule n’existe pas ! Tout le monde doit faire le chemin. Chacun doit escalader cette montagne. Chacun doit regarder son propre chemin et cesser de regarder ailleurs. “Oh, le chemin de quelqu’un d’autre est plus facile que le mien. Pourquoi ? En quoi est-il meilleur que moi ?” Ah, vous êtes nombreux à penser cela. Son âme a fait en sorte que son chemin soit plus facile. Mais il ne sert à rien de se mettre en colère contre son âme parce qu’elle n’a pas fait ce que vous pensez qu’elle aurait dû faire.

Jusqu’à quel point n’êtes-vous pas responsable de tout cela ? 

Vous êtes la conscience de votre âme, alors pourquoi vous n’avez rien fait ? 

Ainsi, mes frères et sœurs, vous aurez toujours mille raisons de blâmer l’autre. Je le répète donc : le cheminement est individuel. Vous le suivrez si et seulement si vous le voulez. 

Et, j’ajouterai quelque chose de très important à cela : la personne qui vous parle est le canal à travers qui beaucoup de choses viennent à vous, des procédures, des cheminements, des mandalas, des cours. Oui, elle est notre canal. Maintenant, comprenez une fois pour toutes : ce n’est pas en faisant tout que vous arriverez plus facilement au sommet, car cela ne sert à rien d’acheter, de faire et de ne pas appliquer. Acheter pour acheter ne sert à rien ! Vous vous trompez avec la quantité, alors que vous devriez penser à la qualité de ce que vous faites, et non à la quantité. Nous l’avons déjà dit ici à plusieurs reprises : ceux qui disposent de trop de choses risquent d’être bloqués au pied de la montagne, parce qu’ils n’ont pas su mettre à profit ce qu’ils ont lu et appris, parce qu’ils commettent toujours les mêmes erreurs, parce qu’ils continuent à juger, à critiquer, parce qu’ils continuent à être ce qu’ils ont toujours été. “J’ai fait beaucoup de cours, j’ai fait beaucoup de procédures, j’ai fait beaucoup de choses” et cela ne sert à rien, parce que vous n’avez pas changé, vous êtes toujours le même. Vous avez étendu votre conscience vers le bas, pas vers le haut.

Tout ce que nous apportons, c’est pour vous aider à vous élever ! Et, comment cela aide-t-il ? En vous y consacrant réellement. Et, la chose la plus importante, que vous ignorez presque totalement : il faut y mettre du cœur ! 

Tout ce qui est fait, tout ce qui vous est proposé ne touche pas votre cœur à 100 %. Chacun a sa propre façon de faire. Vous pouvez donc dire : “Non, je n’aime pas ceci. Je ne vais pas le faire”. C’est parfait ! J’aime ça ! Vous n’êtes pas celui qui fait tout, même si  vous n’en avez pas envie, même si vous ne voulez pas, juste parce que  vous pensez qu’il faut le faire pour arriver en haut. Alors dites non : “Non, je ne veux pas faire ça ! Je n’en ai pas envie !” Parfait !

Suivez votre cœur, pas  des obligations ! Pas de, “oh… si cela se présente à nous, alors nous devons le faire” ! Non, faites-le si votre cœur vous le demande !

Faites-le si votre cœur vous le dit ! Alors, ces règles… puis-je les appeler des règles, ou sont-elles simplement des points nécessaires à l’évolution, et que beaucoup s’obstinent à ne pas comprendre ? Ils s’obstinent à vouloir toujours faire à leur manière :

– “Oh, non ! Je ne vais pas faire comme ça ! Je vais le faire différemment, à ma façon !” 

D’accord, faites-le à votre manière, vous y arriverez peut-être. Pourquoi pas ? Ce n’est pas impossible ! Alors, ne vous plaignez pas après, car  si vous voulez faire à votre façon, c’est parce que vous n’aviez pas le cœur ouvert au moment de l’achat. Alors ça ne sert à rien ! 

Comprenez bien cela aussi. Nous devons vous apporter différentes choses, afin que vous puissiez choisir celles qui vous plaisent, celles que votre cœur désire. Il ne peut s’agir d’une seule, car ce serait alors une imposition et ce n’est pas ce que nous faisons.

Je le dis donc très clairement aujourd’hui : le chemin est individuel, il ne se fait pas en groupe. Ce n’est pas le groupe qui vous aidera à gravir les marches. C’est votre volonté, votre détermination, votre changement qui vous permettront d’atteindre le sommet ou non. 

Vous êtes à un endroit de la montagne où il y a du brouillard, vous ne voyez plus où sont les autres et encore moins le chemin à suivre. Et, à chaque fois, ce brouillard devient plus fort, le chemin  devient plus difficile. J’espère que vous comprenez.

Ce sont vos choix, présents et passés, qui ont déterminé votre chemin. Ce n’est pas ce que nous disons. Ce n’est pas ce que nous transmettons ! Ce n’est pas ce que le canal transmet. Ce qui détermine votre parcours, ce sont vos choix. Ils vous mèneront au sommet ou pas. Personne d’autre, juste vous. Comprenez  une fois pour toutes ! Personne ne vous pousse vers le haut. Personne ne vous dit à l’oreille : “Allez-y ! Oh, n’abandonnez pas, allez !” C’est terminé ! C’est fini ! Vous y allez, si vous le voulez, si vous êtes prêt, si vous voulez relever les défis. “Oh, mais je suis fatigué, je n’ai plus envie !” C’est bon ! Restez où vous êtes ou glissez jusqu’au pied de la montagne. Retournez dans la troisième dimension et rejoignez les rangs de l’ivraie, qui grandit de jour en jour.  Vous croyez quoi ? Que le blé s’agrandit ? Non ! Parce que les difficultés font que beaucoup retournent à l’ivraie, ne voulant pas aller plus loin. Quand je vous ai dit la dernière fois que nous allions diminuer en taille, pourquoi ai-je dit cela ? Parce que beaucoup vont glisser au pied de la montagne, ils vont redevenir de l’ivraie, parce qu’ils sont fatigués de tout ce cheminement. Et, pourquoi sont-ils fatigués ? Parce qu’ils n’ont rien fait avec le cœur, ils l’ont fait à la manière de (comme vous dites) “ Maria vai com as outras” (NdT : Expression intraduisible qui veut dire “se comporter comme des moutons de Panurge”, “être des suiveurs”).  “Oh, si vous le faites, je le ferai aussi ! Ah, si untel le fait, je le fais aussi !” Jusqu’à ce qu’ils arrivent à un point et disent : ” je ne veux plus de ça !”, parce qu’ils ne le faisaient pas avec le cœur, ils le faisaient n’importe comment, sauf avec le cœur. 

Pensez-y ! Que voulez-vous ? Vous voulez continuer et accepter n’importe quel défi, mais à partir du cœur ? Le cœur doit toujours être au milieu, car  s’il n’est pas là, vous ne pourrez pas surmonter quoi que ce soit ! 

C’est donc la règle que je fixe aujourd’hui :  ceux qui veulent vraiment atteindre la Cinquième Dimension restent ici, dans tout ce processus. Si vous avez des doutes ou si vous êtes fatigué, lâchez prise, et vous glisserez rapidement. Retournez pleinement à votre vie  dans la troisième dimension ! Retournez vivre ce que vous  a manqué  pendant que vous étiez dans ce parcours et ce qui vous manque tant. C’est aussi simple que cela, mes frères ! C’est une question de choix. Choisissez de retourner au pied de la montagne, vous n’êtes pas obligés d’y rester. Et, que les choses soient bien claires : ” Oh, mais je ne peux pas partir parce que l’Archange Michaël m’a amené ici, alors si je pars, il va me punir, ma vie deviendra difficile !” Alors, vous n’avez rien compris. L’Amour Inconditionnel existe, et moi et n’importe quel autre Être de Lumière, nous ne nous tiendrons jamais ici sur nos trônes en pointant du doigt… “Regardez, celui-là est parti, regardez. Oh, il y en a un autre là-bas ! Qu’allons-nous faire d’eux ?” Qu’est-ce que vous croyez, que nous pensons comme ça ? 

Mes frères, je veux du cœur ! Je veux un cœur qui brille, pas un cœur sombre. Alors si votre cœur ne brille pas, si vous n’êtes pas heureux, si vous n’en voulez pas, descendez de la montagne et vivez ! Je serai toujours le même pour vous, comme n’importe quel autre ici, comme Sananda, comme Marie. Nous ne dirons ni ne ferons rien contre vous ! À moins que vous ne pensiez qu’en prenant cette décision, nous serons là en bas en disant : ” Eh bien, quel dommage que vous soyez descendu ! Oh, nous sommes si tristes !” Nous ne le ferons pas, je suis désolé de le dire ! Nous respecterons simplement votre choix ! 

Alors, le moment crucial de mon intervention d’aujourd’hui est arrivé, où je veux  parler à tous ceux qui ont le cœur fatigué, épuisé, rempli de tout cela, qui n’en peuvent plus : descendez de la montagne et vivez, soyez heureux et tout reste pareil ! J’invite ceux qui ne veulent pas  s’engager, ceux qui ne veulent pas suivre les règles, ceux qui ne veulent plus rien faire, à descendre de la montagne ! C’est simple, c’est rapide, c’est facile. La montée est difficile, mais la descente est rapide. Je lance donc une invitation à tous les membres de l’équipe du canal. Je ne laisse personne de côté ! Si vous êtes fatigué et que vous n’en pouvez plus, descendez de la montagne. Il y aura toujours quelqu’un pour prendre le poste. L’avertissement s’adresse à tous, pas seulement à ceux qui ne font pas partie du canal, il s’adresse à tous ! Il y a beaucoup de groupes dans ce canal, et beaucoup pensent que les groupes sont les leurs, d’ailleurs cela a déjà été dit précédemment : ” C’est mon groupe !” Non ! Je suis désolé de vous dire que ce n’est pas votre groupe, c’est le mien et celui de Sananda ! Alors, je vous le dis, si vous pensez que le groupe est le vôtre et que vous voulez faire les choses à votre manière, descendez de la montagne, quittez le groupe. C’est valable pour tous ! Disons que le moment est venu de faire bouger les choses. N’oubliez pas que je vois chacun d’entre vous. N’oubliez pas que je  veille sur chacun d’entre vous. Et je sais exactement qui n’est plus là le cœur ouvert, qui est là parce qu’il pense avoir un engagement. Il n’y a pas d’engagement ! Il y a le dévouement et le cœur, pas l’engagement. Je n’exige d’engagement de personne. 

Le moment est donc venu d’être extrêmement franc et sévère, peut-être. Mais je sais que beaucoup d’entre vous n’en peuvent plus et qu’il est temps de descendre. Soyez tranquille, il ne vous arrivera rien ! Si vous ne voulez pas descendre de la montagne, mais que vous voulez en prendre une autre, c’est parfait ! Je serai très reconnaissant, très heureux d’apprendre que vous avez poursuivi votre cheminement, mais à votre manière. Ce que je veux pour ce groupe dans son ensemble, c’est qu’il soit seulement cœur ! Si quelqu’un pense qu’il n’en peut plus, qu’il parte, il n’y a pas de problème ! On peut toujours trouver une solution, Et, si nous pensons que nous n’avons plus besoin de groupes, nous n’en aurons plus, car  le parcours est désormais individuel ! C’est chacun pour soi, avec ses propres choix, pas avec les choix du groupe. Si vous estimez qu’il est bon de ne plus avoir de groupes, je n’y vois pas d’inconvénient. J’accepterai ce que vous déciderez.  Ceux qui restent dans les groupes doivent entrer dans le processus, accepter de bon cœur tout ce qui est dit et aller de l’avant, pour eux, pas pour les autres, mais pour eux ! Nous vous transmettrons les règles, vous suivrez donc nos règles selon vos choix, pas ceux du groupe. 

Ne craignez pas ce que je dis, ce n’est pas pour vous faire peur. Il faut juste que les choses soient claires ! Qui croyez-vous tromper ? Pensez-vous que nous ne voyons rien, que tout est beau et merveilleux ? Nous savons que ce n’est ni beau ni merveilleux ! Ceux qui veulent faire leurs propres groupes, qu’ils se sentent libres, mais en dehors du canal, car il y a des règles ici, il y en a toujours eu et il y en aura toujours ! Ceux qui veulent suivre nos règles restent, ceux qui ne veulent pas, qu’ils prennent un autre cours et tout va bien !

Je veux la vérité ! Je veux du cœur ! Je veux la description exacte de ce qui se passe ! Ne croyez pas que vous me trompez. Le moment est venu pour vous d’être courageux, d’être fidèles à vous-mêmes et d’admettre : “Oui, je n’ai rien d’autre à faire ici !” et de suivre un autre chemin. Et, tout ira bien ! Je vous donne cette chance, parce que celui qui reste devra suivre les règles et je ne veux aucun mot contre. Comprenez bien cela ! Je vois tout, alors soyez fidèles à vous-mêmes. Prenez vos propres décisions. Ne croyez pas que vous pouvez faire ce que vous voulez, car ce n’est pas le cas, ça ne l’a jamais été et ça ne le sera jamais ! 

Le chemin à parcourir sera difficile. Nous serons ensemble avec ceux qui ont le cœur ouvert. Ceux qui n’ont pas le cœur ouvert peuvent être sûrs que s’ils ne partent pas de leur plein gré, je les ferai partir ! Alors, oui, je ferai en sorte que vous partiez ! J’ai dit lors de la rencontre que beaucoup de personnes n’iraient pas et elles ne sont pas allées. Non, je ne suis pas méchant ni vindicatif, il y en a déjà qui le pensent ! Ce n’est pas la question, ce qui compte, c’est la façon dont la personne se comporte face à ce que je dis. Alors, je lui montre qu’elle partira, sans que je doive faire quoi que ce soit, mais elle partira !

Soyez donc sincères, c’est ce que j’attends. Soyez vrais ! Personne ici ne va froncer les sourcils, personne ne va s’énerver parce que vous demandez à partir. Je ne veux que des cœurs rayonnants, Sananda et moi. Alors, pensez-y, celui qui continue suivra les règles à la lettre. Si vous n’êtes pas d’accord, il est temps de partir, c’est le moment ! Et je vais répéter quelque chose que j’ai dit auparavant : je ne me soucie pas des chiffres, parce que je sais exactement qui veut arriver quelque part. Et  ceux qui vont simplement pour y aller, finissent par gêner ceux qui veulent vraiment y arriver.  

Aujourd’hui, je suis franc et sincère, je ne mâche pas mes mots. Ceux qui n’ont pas le cœur pur gênent ceux qui veulent avancer. Alors soyez honnête avec vous-même et partez, c’est aussi simple que cela. Je veux du mouvement. Je veux du mouvement de la part de ceux dont le cœur ne veut plus continuer. Ça me va très bien ! 

Faites le point, chacun d’entre vous : où voulez-vous aller ? Qu’avez-vous fait pour arriver là où vous êtes ? Montez-vous avec vos propres jambes ou avec celles des autres ? Surmontez-vous vos propres obstacles ou prenez-vous des raccourcis ? Faites cette analyse. C’est le message que je vous adresse aujourd’hui. Peut-être que certains ne comprendront pas grand-chose, mais la plupart comprendront. 

Désormais, le parcours est individuel. Fini les béquilles. C’en est fini ! Désormais, c’est le cœur qui compte. Quiconque a un cœur pur sera du voyage. Ceux qui ne l’ont pas ne le seront pas, je vous le garantis ! Mais je voudrais que vous preniez la décision vous-mêmes, ce sera mieux, parce que cela montrera que vous êtes tout à fait sincères, et j’aime cela, j’aime beaucoup cela. Il n’y a pas de subterfuge. 

Rien ne vous empêche de partir. C’est donc le moment. Ceux qui veulent vraiment continuer le chemin resteront, sachant que tout ce qui continuera le sera par notre volonté ! 

Écoutez bien ce que j’ai dit ici, n’allez pas demain propager le bruit que je fais ceci ou cela. Écoutez très attentivement ce qui a été dit ici. J’ai dit des choses très sérieuses et j’espère que vous avez compris. Analysez votre cheminement et celui qui sent qu’il en a vraiment assez, “je n’en veux plus”, c’est parfait ! Il est temps de changer de montagne, tout simplement. Ou de glisser jusqu’au pied, comme vous voulez. C’est à chacun d’entre vous de décider.

Traduit Par Lurdes Rodrigues Da Costa / Marques

Révisé par Ingrid de Rio Campo

Posts recentes

1 réflexion sur “L’Archange Michaël en direct 08-01-24”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier