L’Archange Michaël en direct 08-11-2023

Bien aimés ! JE SUIS L’ARCHANGE MICHAËL !

Oui, aujourd’hui, je peux parler librement, mais bien sûr, je connais les limites (N.d.T.: L’Archange fait allusion à l’état de santé de celle qui canalise). 

Je voudrais tout d’abord faire un commentaire sur quelque chose que, je pense, tout le monde comprendra. Dans ce groupe qui s’est formé à partir de ce canal, vous échangez des expériences, vous échangez des idées et souvent certaines choses qui y sont dites sont reprises dans nos commentaires, soit par moi, soit par Sananda, ou par Marie, ou par Ashtar,  qui que ce soit, peu importe. Le sujet nous est présenté et nous le commentons. J’aimerais donc expliquer un point très intéressant à ce sujet. 

Non, je ne vais pas vous retirer l’impression que nous nous adressons exactement à une personne. En revanche, je dirais qu’il est peu courant que nous nous adressions directement à une personne. Ce que je veux expliquer, c’est que vous êtes un groupe, oui, vous échangez des idées, vous échangez des expériences et, souvent, l’expérience qu’une personne partage n’est pas seulement la sienne, c’est une expérience que de nombreuses personnes, y compris celles qui ne font pas partie du groupe, vivent de la même manière. Ainsi, il semble souvent que nous répondions à une seule personne, celle qui a introduit le sujet dans le groupe. Or, ce n’est pas le cas. Lorsque nous répondons ou publions quelque chose qui semble être la solution pour une personne, vous pouvez être sûrs que cette personne n’est que la partie émergée de l’iceberg, qu’à l’instar de cette personne, il y en a des milliers, voir bien plus, qui traversent le même problème. 

Nous sommes donc attentifs à ce que vous vivez, et lorsque quelque chose est évoquée et que ce problème est vécu par de nombreuses personnes, même en dehors du groupe, c’est nous qui en parlons. Ne pensez donc pas que vous allez évoquer divers sujets dans le groupe et que nous allons en parler, ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Nous abordons le sujet lorsqu’il peut servir de leçon et de guide pour la majorité, et pas seulement pour la personne qui l’a abordé. Ne le prenez jamais comme ça ! « Oh, untel a parlé exactement pour moi ! » Non, votre sujet, celui que vous avez abordé, est vécu par beaucoup d’autres personnes, il mérite donc d’être commenté. Ne vous croyez pas si important ! De plus, je ne veux pas que l’on pense que lorsque quelqu’un aborde un point, une vidéo est publiée sur le sujet, ce n’est pas comme ça que ça marche. 

Ce que vous soulevez chaque jour ou de temps en temps, peu importe, est quelque chose qui sera entendu par un grand nombre de personnes. Ou (comme vous le dites), il sera entendu par beaucoup, et non par un seul. 

Nous n’avons pas l’habitude de nous adresser à une seule personne. Notre tâche consiste toujours à parler à l’ensemble de la population, jamais à un seul. Soyons donc très clairs là-dessus ! Il ne s’agit pas de commencer à proposer n’importe quel sujet en se disant qu’on va en parler. Oui, nous le ferons, si c’est important pour l’ensemble, et pas seulement pour une seule personne  ! Voilà, c’est dit !

Nous nous rapprochons de la rencontre. J’aimerais que chacun d’entre vous se rende à cette rencontre le cœur plein, le cœur ouvert et prêt à vivre des émotions fortes ! Nous préparons beaucoup de choses que vous n’avez jamais vues auparavant. Et pourquoi cette réunion serait-elle différente ? Elle le sera pas seulement parce que le nombre de personnes a augmenté, mais à cause du moment que votre planète est en train de vivre. 

Nous avons insisté, nous avons parlé, nous vous avons demandé d’émaner Lumière et Amour ! Ne vous accrochez pas à la souffrance ! Ne vous accrochez pas à la douleur ! Ne vous accrochez pas à ce qui vous déséquilibre ! C’est le moment de vibrer la Lumière, de vibrer l’Amour. C’est le moment, et c’est ce que nous attendons de chacun d’entre vous le jour de la rencontre : beaucoup de paix, beaucoup d’Amour et beaucoup de Lumière dans votre cœur ! 

Quelques règles seront données. Non, ce n’est pas encore le moment et je voudrais sincèrement que vous écoutiez ces règles avec votre cœur, car si vous écoutez avec votre esprit, vous risquez de vous contredire et ce n’est pas le sentiment qu’il faut apporter à cette rencontre. Je vous le demande donc à l’avance : écoutez avec votre cœur ! Ce ne sera pas un moment simple comme les autres rencontres. Il faudra un quantum de Lumière et une vibration extrême de la part de celle qui parle et de l’autre frère. C’est pourquoi certaines règles seront établies et je voudrais que vous les acceptiez tous de bon cœur.

Beaucoup de choses, mes frères, vont commencer à changer. Vous avez appris beaucoup de choses erronées et toutes ces choses que vous avez apprises n’avaient qu’un seul objectif, le déséquilibre entre vous. Rien n’a été créé dans votre monde pour vous apporter facilement l’équilibre, rien ! Tout a été créé exactement à l’opposé, pour apporter le déséquilibre, pour apporter une baisse de vibration, l’ennui, la douleur, la souffrance, la dépendance. 

Quelle est donc la voie à suivre à partir de maintenant ? J’ai dit ici à plusieurs reprises que l’intention, lorsqu’elle naît du cœur, est importante, très importante. Vous avez souvent du mal à passer certains caps, mais vous continuez à essayer, vous continuez à  faire des efforts pour y arriver. Et pourquoi ? Parce qu’il y a une intention très forte qui vient du cœur, l’intention de l’ascension ! 

Nous aimons donc voir quand il y a une intention sincère et chaque fois que vous glissez et tombez, nous vous aidons à vous relever parce que nous connaissons votre véritable intention. L’intention est un choix ! C’est quelque chose qui vous fait avancer, comme la foi, comme la confiance. 

Nous aimons donc voir cette intention. Mais beaucoup ne l’ont pas. Beaucoup sont, je dirai, comme des vagues, parfois bien engagées, parfois certains se disent : « oh, je vais me détendre un peu », puis ils se détendent, puis ils s’engagent de nouveau, puis ils se détendent encore. Et, ce cycle se répète, jusqu’à ce que l’engagement devienne si faible que la personne ne se rend même pas compte qu’elle ne fait plus rien pour avancer, qu’elle laisse déjà tout derrière elle. 

Où est donc l’intention ? Il n’y en a pas ! Et, à chaque dérapage, on ne fait rien parce qu’il n’y a pas d’intention, l’intention est partie, l’intention est morte, elle a perdu sa force. 

Alors, mes frères et sœurs, il ne faut rien faire par dépit. À quoi bon renoncer à beaucoup de choses et se sentir malheureux, à être morose, à se plaindre tout le temps, à être amer ? Je vous dirais : arrêtez tout de suite parce que ça ne sert à rien. Vous suivez une règle, mais vous vous rendez malheureux. Cela ne sert donc à rien, vous perdez du temps et les sentiments négatifs que vous générez sont bien plus importants que le respect de la règle que vous avez créée. 

J’aime toujours vous faire vous souvenir d’un mot, qui est l’un des mots de mon symbole, la balance : l’équilibre ! J’aime l’équilibre. Je n’aime pas qu’un plateau penche d’un côté, car lorsqu’un plateau penche d’un côté, il n’y a pas d’équilibre. Il faut donc qu’il y ait un équilibre ! Il faut suivre la règle, mais la suivre avec amour. Si la règle est d’un côté et la satisfaction, la joie, de l’autre, l’équilibre est atteint. Quel est l’intérêt d’avoir une règle qui pèse lourd dans le plateau s’il n’y a que de la colère et de la tristesse sur le côté gauche ? Il n’y a pas d’équilibre !

Alors, mes frères et sœurs, le chemin est dur, les pierres font mal, la glissade égratigne parfois les genoux, mais c’est le chemin qu’il faut suivre. Et, s’il y a l’intention, s’il y a la confiance, s’il y a la foi, nous vous aiderons à vous relever, nous vous aiderons à guérir vos blessures. Il ne faut donc rien faire de trop, tout doit être équilibré. « Oh, mais je dois le faire parce que cela est nécessaire pour ascensionner ! » Non, personne n’est obligé de faire quoi que ce soit. Vous pouvez le faire, mais vous n’êtes pas obligé. Avoir un « pourquoi » est quelque chose de très important, c’est quelque chose sans autre alternative. Nous vous disons ce que vous devez faire, mais si vous ne le faites pas, qui est perdant ? C’est vous, bien sûr ! Même si vous le faites petit à petit, lentement, vous faites déjà quelque chose. Ce que vous ne pouvez pas faire, c’est vous contredire et faire du mal à votre esprit et à votre cœur. 

Je l’ai déjà dit ici, mes frères, vos corps changent. Oui, ils changent. Plus le corps est pur, plus il est vivant, moins vous aurez de désagréments. Mais personne n’en mourra ! Personne ne mourra des changements qui se produisent dans (votre) son corps. Tout sera supportable. 

Alors, n’y a-t-il pas un équilibre possible ? Un jour, vous passez la journée en équilibre, vous mangez bien ; le lendemain, vous dérapez un peu, si cela vous apporte de la joie. C’est très bien, tant que cela ne devient pas une habitude ou un subterfuge pour quoi que ce soit. 

« J’ai envie de manger tel ou tel aliment aujourd’hui, mais je ne peux pas ! » Pourquoi ne pouvez-vous pas ? Vous en avez envie, votre corps vous le demande ! Comprenez, mes frères, que lorsque vous avez envie de manger quelque chose, c’est en quelque sorte un ordre du corps, demandant quelque chose qui lui a manqué, qui l’a désiré. C’est peut-être même un déchet, mais le corps en a manqué. Vous n’allez pas manger parce que vous ne pouvez pas ? Et puis il y a cette vague de tristesse : « J’aimerais bien ! Mais je ne dois pas, je ne peux pas ! » 

Les choses ne fonctionnent pas ainsi. Cela ne peut pas faire boule de neige. Cela ne peut pas devenir une habitude, chaque jour, on a envie de déraper, mais pas à ce moment-là ! Là, vous ne pouvez pas. C’est l’exemple que j’ai donné, l’intention a disparu, il n’y a plus d’intention. Mais si vous passez plusieurs jours avec une forte intention de vous maintenir le plus équilibré possible, il n’y aura pas un jour où vous déraperez, où vous jetterez tout. Bien sûr que non ! Bien sûr, mes frères, tout doit avoir du sens. Ce n’est pas parce qu’on a envie d’une glace qu’on va manger le pot entier ! Tout doit être mesuré. Tout doit être équilibré. Vous avez envie de manger ? Mangez ce qui vous satisfait, mangez ce qui vous fait plaisir, mais vous n’êtes pas obligé de manger tout le contenu du plat ! Vous semblez souvent laisser votre ego prendre le dessus. Dans quel sens ? Dans le sens suivant : « Non, je suis toujours dans le rang. Je ne fais rien de mal. Je fais tout ce qu’on me demande parce que je suis parfait !” Voilà l’ego à l’œuvre ! Alors, je vous pose une question : suivez-vous tout ce qu’on vous demande, faites-vous tout bien, du fond du cœur, sans jamais vous énerver ? Sans jamais vouloir autre chose ? Si vous répondez oui à toutes ces questions, alors je vous dirai que votre intention est vraiment élevée et qu’il n’y a pas d’ego. Maintenant, il est peu probable que je trouve une personne qui réponde oui à ces questions parce que beaucoup veulent demander… « alors, untel, vous mangez encore  de cela ? Oh non, je ne mange plus ! Je ne fais plus ça ! » Puis, ils s’enorgueillissent… « Je suis meilleur que vous parce que je ne mange plus ça !” “Oh, vous mangez encore de cela ? Non, je ne mange plus ! » C’est ça l’ego, à essayer d’être supérieur à l’autre ! Maintenant, si vous le faites vraiment avec le cœur, vous répondrez : « oui, je ne mange plus et c’est tout ! ». Et c’est très bien ainsi. Vous ne vous vantez pas de ce que vous faites. Bien souvent, vous êtes imbu de vous-même, vous pensez être le meilleur parce que vous ne faites rien de mal, vous êtes parfait ! Vous vous sentez au-dessus de qui ?  De qui vous moquez-vous ? Aucun d’entre vous n’est parfait ! Il faudrait renoncer à tout, écoutez bien, à tout, et continuer à sourire joyeusement, du fond du cœur, sans tromperie, et ça, vous n’y arriverez pas, pas de sitôt.

Beaucoup ici se disent : « Oh, l’Archange nous dit des choses qu’il n’a pas dites avant ! » Oui, je vous ai déjà donné beaucoup de conseils sur l’alimentation. Cependant, je veux encore insister sur l’équilibre et, surtout, sur la satisfaction, ce sentiment de bien-être. Ce n’est pas comme si vous veniez de manger une assiette pleine de  crudités et qu’à la fin, vous disiez que c’était délicieux. Est-ce que c’était vraiment délicieux de ne manger que des crudités ? Je ne crois pas que  vous soyez faits pour ne manger que des  crudités. Vous avez besoin de bien d’autres choses dans  vos corps. Comprenez-le ! Vous avez besoin d’un équilibre ! Vous avez besoin d’une assiette colorée ! Vous avez besoin d’une assiette saine avec beaucoup de choses et s’il y a quelque chose au milieu qui ne devrait pas être là, ce n’est pas grave parce que vous avez équilibré le reste. Ce petit morceau n’est pas la chose prédominante dans l’assiette, c’est juste un petit morceau, ce n’est pas grave ! 

Je vais vous dire que très bientôt – et ce ne sera pas long – vous commencerez à avoir une aversion pour certains aliments, et alors ce ne sera plus votre esprit, ce ne sera plus votre cœur qui déterminera ce que vous mangez. Votre corps dira : « Je ne veux plus de ça ! » et vous le rejetterez ! 

Lorsque vous atteindrez ce stade, je dirai que ce sera un stade contraignant parce que beaucoup de choses que vous mangez encore aujourd’hui, vous ne pourrez plus les manger. Alors, mes frères, l’équilibre, c’est l’essentiel ! À tout moment, dans la nourriture, dans le plaisir, dans tout ! Nous ne vous interdisons rien ! Nous vous demandons simplement de commencer à apprendre une nouvelle façon de vivre, une nouvelle façon de manger, une nouvelle façon de vous amuser. C’est tout, parce que plus vous vous en éloignez, plus il sera facile d’y renoncer. Maintenant, si vous l’utilisez tous les jours, cela devient plus difficile parce que l’habitude se perpétue. 

Alors, mes frères, quelle est la grande devise ? Quelle est la grande action à entreprendre ? L’équilibre ! À quoi ressemble l’équilibre ? C’est faire un choix et, à la fin du processus généré par ce choix, vous êtes heureux, vous êtes bien, vous n’avez pas de regrets, vous êtes calme ! Oh, et beaucoup se disent déjà : « Oh, alors je peux faire tout ce que je veux parce que je serai toujours heureux à la fin ! Ah bon ? Je vous lance un défi : si vous faites ce que vous voulez aujourd’hui, même si vous savez que ce n’est pas bien, serez-vous heureux à cent pour cent à la fin ? Ou bien vous êtes-vous trompé toute votre vie en faisant cela, en essayant de vous rendre heureux, joyeux, en faisant tout ce que vous voulez, mais en réalité, vous n’avez rien trouvé ? Je vous mets au défi ! Vous pouvez faire des pieds et des mains (comme vous dites) et être heureux à la fin, mais ce bonheur qui vient du cœur, je vous mets au défi de  l’atteindre ! Ce n’est pas comme ça qu’on trouve la joie. La joie se trouve dans les petites choses, dans les petites victoires, c’est cela l’équilibre. Vouloir tout faire par arrogance ou pour montrer que l’on est capable, n’est pas équilibré et ne s’approchera même pas de la vraie joie, du vrai bonheur.

Alors, mes frères, pourquoi est-ce que je vous dis tout cela ? Comme vous le demanderiez : que voulez-vous dire ? Alors, je réponds : votre monde change, je dirai même que pour certains, je vais répéter la phrase de certains : le monde devient très triste, à cause de tout ce qui se passe. Je suis en partie d’accord, à condition que chacun ne subisse pas la tristesse de l’autre. 

Votre monde est en train de changer et beaucoup de souffrances sont encore à venir. Le temps est donc venu pour vous de trouver un équilibre, mes frères. Trouvez la joie dont vous avez besoin chaque jour dans les petites choses, dans les petits gestes, parce que sinon vous finirez par sombrer dans la mélancolie, la dépression, la tristesse, parce que vous ne verrez plus la joie dans rien d’autre, et ce n’est pas ce que nous voulons. 

Ne vous servez pas de cela pour justifier un retour en arrière, pour faire des choses que vous regretterez plus tard. « Oh, j’ai besoin d’être heureux ! », puis faire une bêtise. Ce n’est pas ça ! Il faut rechercher la joie. « Oh, comment puis-je avoir de la joie quand tant de mes frères et sœurs souffrent ? » Je le répète encore et encore : la souffrance de votre frère est le résultat de son parcours, il a choisi de passer par là. Vous n’y êtes pour rien ! Si vous pouvez l’aider d’une manière ou d’une autre, tant mieux. Mais si vous ne pouvez pas, vivez votre vie ! Regardez votre chemin. C’est ce que vous devez faire. 

Chacun d’entre vous doit chercher et trouver la joie dont il a besoin chaque jour, la joie dont vous avez besoin pour continuer à viser haut, parce que si vous ne le faites pas, vous n’arriverez pas là où vous voulez aller. Si vous vous laissez happer par ce qui se passe autour de vous, vous n’atteindrez pas l’ascension ! Il faut donc rechercher la joie, une joie saine, une joie qui portera ses fruits, les fruits d’une plus grande joie, sans regrets ! Il faut la rechercher. Si vous n’y arrivez pas, nous sommes là pour vous aider à trouver la joie, et pour vous aider à trouver votre chemin un peu plus facilement. Nous sommes là à tout moment. 

Ne vivez pas dans la souffrance de votre entourage ! Je dirais que chacun d’entre vous est déjà trop éprouvé pour se préoccuper et vivre avec la souffrance des autres. Regardez la vôtre ! C’est votre parcours, c’est ce que vous devez regarder et apprendre, pas celui de quelqu’un d’autre. C’est l’autre qui a choisi cela, on ne peut rien y faire ! C’était le choix de son âme, et vous faites vos propres choix ! Alors, regardez votre chemin. Trouvez votre joie. Trouvez le moyen de sourire ! 

Vous voulez sourire ? Jouez avec les enfants, jouez. Redevenez des enfants ! Réunissez des enfants dans vos maisons et je vous garantis que vous rirez beaucoup et que vous serez extrêmement joyeux ! Mais il faut redevenir des enfants, sans honte, sans règle d’aucune sorte, sans se trouver ridicule, juste être un enfant ! 

C’est ainsi que l’on peut prendre la vie plus à la légère, sans trop de règles, sans trop de répétitions, sans trop de routine. C’est ainsi que l’on trouve la joie ! Cassez la routine ! Si c’était facile, je vous dirais de marcher la tête en bas, ce serait une grande rupture avec la routine. Il y a tant de choses que vous pourriez faire différemment chaque jour, mais vous vous obstinez à répéter les mêmes choses encore et encore. 

La créativité est quelque chose qui est loin de votre esprit parce que vous êtes pris dans l’agitation de vos engagements. Mais même quand vous avez le temps, vous ne changez rien, vous trouvez cela idiot. Mais je vous le dis, mes frères, parfois un changement de chemin apporte un nouvel aspect à votre journée, des personnes différentes, des lieux différents. Cherchez la joie !

C’est le message que je vous adresse aujourd’hui : vous devez trouver la joie ! Cessez de vous impliquer dans toutes ces choses qui n’apportent que de l’occupation, pas de la joie. La troisième dimension, mes frères et sœurs, est un monde difficile, mais il n’est pas si terrible que cela. Vous le rendez difficile par les sentiments que vous émettez. Changez ces sentiments ! Vibrez de joie ! Échangez des sourires ! Souriez à quelqu’un dans la rue ! Même cela, aujourd’hui, vous ne le faites plus parce que c’est devenu dangereux, n’est-ce pas ? 

Il est intéressant de constater que le monde que vous avez créé vous a isolé et vous isole de plus en plus. Un jour, vous fuirez votre propre ombre parce que c’est ce que vous vibrez, la peur et la douleur. Commencez à vibrer la joie ! Commencez à vibrer la gratitude ! Riez ! Riez beaucoup ! Écoutez des blagues ridicules, peu importe, mais riez ! Voyez l’amusement dans tout. Voyez l’humour même dans les choses qui vous ennuient. Regardez-les et riez ! Vous n’avez pas idée de la puissance de ce rire ! 

Alors au moins, mes frères, essayez d’élever vos vibrations. Soyez heureux ! Soyez joyeux et quand c’est très difficile, ou à n’importe quel moment, demandez-nous de l’aide et soyez sûrs que nous vous ferons sourire ! Maintenant, il faut ouvrir son cœur pour voir la beauté dans les petites choses, dans le simple vol d’un oiseau et faire un beau sourire pour  l’avoir vu battre des ailes ! Usez et abusez de notre compagnie ! N’ayez pas peur ! N’ayez pas peur de nous déranger ! Nous vous aimons inconditionnellement et notre rôle est d’élever chacun d’entre vous aux plus hautes vibrations possibles et c’est ce que nous ferons, vous n’avez qu’à nous le demander. 

Enfin, j’aimerais vous inviter à la méditation du portail du 11/11. Je ne la manquerai pas ! À la même heure qu’aujourd’hui, nous serons ensemble le samedi 11 novembre. Ne manquez pas ce rendez-vous. Ce sera un moment très important ! 

Je vous embrasse tous. Sentez mon étreinte autour de vous. Et, soyez-en sûrs : je suis là, là où vous le souhaitez, à tout moment ! Il suffit de m’appeler.

Traduit par Lurdes Rodrigues Da Costa

Révisé par Ingrid De Rio Campo

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier