L’Archange Michaël en direct 21-02-24

Mes bien-aimés ! JE SUIS L’ARCHANGE MICHAËL !

Une fois de plus…, je dois vous dire que les gens n’ont toujours pas appris à comprendre les choses que nous disons et tout ce que nous leur montrons. Je ne vous dirai qu’une chose aujourd’hui : l’heure tourne. Le processus est en marche à toute allure. Ainsi, chaque action, chaque événement aura une réponse, aussi vite que le moment où l’on crée l’événement ! Et beaucoup de personnes ne s’en rendent pas compte. Elles pensent qu’elles ont toute la vie devant elles, qu’elles ont encore de nombreuses années devant elles pour apprendre et tout réparer.

Eh bien, non, “je continuerai à vivre comme je le fais et quand je verrai que c’est bientôt l’heure, alors je changerai rapidement les choses en passant de l’eau au vin et j’y arriverai !” 

Si c’était si facile, nous n’aurions pas besoin de venir ici pour parler, parler, parler, enseigner, enseigner, enseigner. Pour quoi faire ? Il suffirait de claquer des doigts pour que tout se passe. Alors, mes frères, la grande question est la suivante :

Pourquoi tant d’ironie ? Pourquoi tant d’arrogance ? 

Je ne dirai qu’une chose à ceux qui se frappent la poitrine et qui me disent : “J’y vais, que cela vous plaise ou non !”

C’est votre choix. C’est tout ce que je vous réponds, c’est votre choix. Regardez la taille de votre arrogance et la taille de votre présomption, car tout a une conséquence ! Non, je ne ferai rien. Ni moi, ni aucun Être de Lumière ne fera quoi que ce soit. Le temps ramène l’énergie qui est libérée et elle revient avec la destination adéquate pour celui qui l’a envoyée. Alors ne perdez pas votre temps à me provoquer, à m’envoyer des messages pour me dire que vous irez de toute façon, que je le veuille ou non ! Ne perdez pas votre temps. Mettez vraiment toute votre énergie pour y aller. Tout va bien. Le retour viendra, car rien ne passe inaperçu, cela n’a jamais été le cas. Seulement, maintenant, il y a une petite différence : les choses reviennent plus vite, beaucoup plus vite. 

Alors, je dirai à chacun d’entre vous, que chaque pas, chaque geste que je fais, je ne le fais pas parce que je suis un enfant capricieux, je ne le fais pas parce que je suis autoritaire (comme beaucoup le disent), je ne le fais pas parce que j’ai envie de le faire. Derrière chacun de mes gestes, ah…, il y a toujours quelque chose à apprendre, il y a toujours quelque chose à faire découvrir ! Ceux qui ont un cœur pur, honnête et calme peuvent voir loin ! Maintenant, si vous vous positionnez dans ce sentiment de “qui est-il pour m’empêcher d’y aller !”, eh bien, vous faites encore les mauvais choix.

La fermeture du groupe s’est faite sur mon ordre ! 

 Parce que certaines personnes aiment vraiment parler, n’est-ce pas ? 

 Elles aiment critiquer les autres, elles aiment pointer les autres du doigt. 

Et, puis il y a ceux, c’est-à-dire une grande majorité, qui ne suivent rien, qui ne regardent rien, qui ne voient rien, mais qui, le moment venu, disent : “Alors, comment ça se passe ? Pourquoi ça n’a pas encore commencé ? Où est-ce ? Où ? 

Mais, suivre ce qui est bon, non, il est plus facile de venir demander à l’autre. “Je ne vais pas perdre mon temps à écouter, je vais demander !” C’est ça. Alors, je vous pose une question : si à l’avenir vous vous retrouvez seul, que ferez-vous de votre vie ? Parce que tout dépend de l’autre ! Parce que tout dépend de l’autre !

Alors, mes frères, attention à votre comportement. Il semble que quelques jours sans messages vous aient fait oublier tout ce que vous avez appris, et cela m’inquiète beaucoup ! Et non, ne croyez pas que je reviendrai en arrière, le Voyage du Pardon se poursuivra de plus belle. Ce qui devait être enseigné l’a déjà été, il n’est pas nécessaire de répéter ce qui a déjà été dit maintes fois et que vous semblez avoir oublié. Vous avez tout oublié, parce que le comportement était inacceptable !

Je trouve intéressant que les personnes qui n’y vont pas, ou qui n’ont pas l’intention d’y aller, critiquent la situation.

Mettent le doigt sur tout.  

Doivent donner leur avis sur tout. 

C’est intéressant, très intéressant, cette attitude. Je vous pose donc une question : quelle est votre intention ? Créer la confusion ? Apporter des problèmes dans le groupe ? Miner l’énergie de la paix au sein du groupe ? C’est difficile ?  Non ! C’est très difficile !

Laissez-moi vous dire une chose importante, mes frères : le chaudron est en train de bouillir ! Faites de cette métaphore ce que vous voulez, comprenez-la comme vous voulez ! Et il y a beaucoup de personnes qui sont au bord du chaudron, qui se gonflent la poitrine en disant : “Je suis presque dans la Cinquième Dimension”, mais elles sont au bord du chaudron. Il suffit de les pousser un peu pour qu’elles tombent.  Mais, elles pensent être accomplies, prêtes, parfaites !

Commencez donc à vous regarder. Commencez à regarder vos propres attitudes, car c’est aujourd’hui qu’elles créent demain ! Les attitudes que vous adoptez aujourd’hui se répercuteront demain. Et il se peut qu’AUJOURD’HUI, vous soyez au bord du chaudron et que demain, vous soyez, malheureusement, dedans. 

Alors, je n’ai qu’une chose à vous dire : le cheminement de chacun est personnel et chacun choisit comment le parcourir, que ce soit sur un chemin rempli d’amour, en essayant de rester debout, en essayant de faire le bien, en essayant d’agir de la meilleure façon possible, ou sur un chemin tortueux plein de trébuchements. 

Et, pourquoi les trébuchements ?

Parce que vous regardez vers l’extérieur, vous ne regardez pas votre propre chemin. Vous regardez le chemin de l’autre, vous regardez en direction du chemin de l’autre, donc c’est un trébuchement après l’autre. Et, que se passe-t-il alors ? À chaque trébuchement, vous tombez et quand vous tombez, il vous faut du temps pour vous relever, et le temps presse ! 

C’est donc le seul message que je vais vous transmettre aujourd’hui : 

Le cheminement est unique, il vous appartient ! 

Ne critiquez pas le parcours de l’autre !

Ne critiquez pas les goûts de quelqu’un d’autre ! 

Ne critiquez pas la façon d’être de l’autre !

Regardez-vous dans le miroir avant de parler de quelqu’un d’autre ! 

Regardez dans le miroir, mais ayez le courage de vous regarder ! Demandez à votre Présence divine de vous montrer qui vous êtes vraiment. Ce que vous devez changer, ce que vous devez améliorer, voilà ce qui doit vous préoccuper en ce moment ! Ne regardez pas l’autre personne en pensant qu’elle est bizarre, qu’elle a tout faux, que son opinion est fausse. Vous n’avez pas encore appris cela ? Chacun veut toujours penser que ce qu’il pense, ce qu’il aime, ce qu’il fait est meilleur, plus important et parfait, et que le reste est de la foutaise. 

Regardez l’ego ! Les egos ici sont très enflammés ! 

Le moment est venu pour chacun de regarder ses propres pieds, d’être capable de voir le chemin. Parce qu’il se peut que vous soyez tellement absorbé par le chemin de l’autre que vous sortiez, sans le vouloir, de votre propre chemin, que vous tombiez dans un raccourci et que cette idée, cette illusion, ce désir de la Cinquième Dimension (rappelez-vous que vous avez dit que vous y étiez déjà) ne se trouve que dans la suivante, parce que dans celle-ci, vous n’y êtes pas. Parce que vous vous préoccupez de quelqu’un d’autre, pas de vous-même.

Certaines personnes commencent vraiment à me décevoir, parce qu’il y avait un bon chemin à suivre, mais soudain les choses changent. Est-ce que je me sens triste ? Oui ! Est-ce que je suis contrarié ? Oui ! Parce que je ne voudrais pas que mes guerriers perdent le cap. Je ne voudrais pas que mes guerriers trébuchent sur le chemin. Mais, si c’est leur choix, que puis-je faire ? Rien ! Je ne peux rien faire, c’est le choix de chacun.

Regardez le monde extérieur, pas les autres, le monde ! Regardez ce qui se passe autour de vous, les belles choses et les moins belles.

À laquelle des deux êtes-vous attaché ? 

Laquelle pensez-vous que le monde est en train de devenir ?

Posez-vous cette question, car elle est très importante ! Croyez qu’il y aura un monde nouveau, que la victoire est certaine, mais il faut y croire ! Il faut remplir son cœur et croire. Il faut remplir son cœur et continuer à avancer. Il faut remplir son cœur et émaner de l’amour, c’est tout. Le reste dépendra du parcours de chacun. La façon dont vous y parviendrez dépendra de votre parcours.

Alors, réfléchissez bien. Analysez ! Je l’ai dit la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, je ne me préoccupe pas de chiffres. Si quelque chose vous échappe, regardez ailleurs. C’est votre choix ! Parce qu’ici les enseignements sont terminés, maintenant, il est temps d’appliquer ce que vous avez appris avec attention, avec de l’amour dans votre cœur, avec beaucoup de paix et de confiance, rien de plus. Si certains se perdent en chemin, je n’y peux rien ! C’est dommage, mais chacun fait son propre choix. Chacun choisit le chemin qu’il veut.

Sachez être patients et calmes. Ce n’est pas en mettant de l’angoisse partout que vous allez résoudre les choses, vous n’avez pas encore appris cela ! Il faut donc que les choses soient dramatiques pour qu’elles arrivent, il faut prendre des décisions sérieuses pour que les choses se mettent en place. C’est triste, très triste ! Et, je continue à dire : si cela vous dérange, n’hésitez pas ! Je me fiche des chiffres ! Je veux une armée d’une seule personne, mais une personne qui soit entièrement avec moi ! Une partie avec moi, une partie au bord du chaudron, je ne veux pas de ça ! Restez donc là-bas ! Il se peut qu’à un moment donné vous vous aperceviez de votre erreur et que vous essayiez de revenir en arrière. En aurez-vous le temps ? Je ne sais pas, c’est un risque que beaucoup devront prendre. 

Regardez bien le chemin devant vous. Sachez regarder le chemin et apprenez à attendre et à marcher, c’est tout. C’est simple. C’est facile ! Un cœur tranquille mène à une marche tranquille. Un cœur plein d’anxiété, plein de nervosité ne mène jamais à un chemin tranquille, parce qu’il attire tout ce qui est mauvais. Vous l’avez oublié ! Alors, que chacun réfléchisse sérieusement à la direction qu’il prend, au chemin qu’il choisit. Et, malheureusement, je ne peux rien y faire. Je dois juste accepter la décision de chacun.

Traduit par Lurdes Rodrigues da Costa / Marques

Révisé par Ingrid de Rio Camp

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier