Sananda – Ne vous y trompez pas. Soyez vraiment éveillés

Chers fils et filles de la planète Terre ! JE SUIS SANANDA !

Encore une fois, encore et encore, je ne me lasserai jamais de dire ceci : que mon cœur éclate de joie chaque fois que je peux vous apporter quelques mots.

Ce que nous avons dit ces derniers temps ne plaît pas à beaucoup. Beaucoup d’entre vous comprennent un Être de Lumière comme celui  qui enlève les péchés, qui enlève les douleurs, qui change tout un contexte, et qui vous demande de prier, simplement. Je peux vous assurer que la grande majorité d’entre vous pense toujours de cette façon. “Je n’ai rien à faire, il suffit de prier, il suffit de demander, et je serai exaucé”.

En effet, ces enseignements vous ont conduits à ce que vous êtes aujourd’hui, à tous les problèmes, les douleurs et les souffrances que vous traversez aujourd’hui, car vous avez été amenés à croire que je reviendrais pour enlever tout ce poids de votre dos. Mais il faut se rappeler que la première fois que je suis venu, je n’ai rien fait de tel ; je n’ai enlevé aucun péché ; je n’ai pas fait pardonner les péchés des hommes. Ma mort est la conséquence de mes idées et de leur refus par les dirigeants de l’époque. Elle n’a rien à voir avec le pardon. Cela n’a rien à voir avec la suppression des péchés. L’humanité a continué à pécher normalement jusqu’alors.

Alors, je vous rappellerai ceci : prier 24 heures sur 24 ne vous fera pas sortir de vos problèmes ou de vos souffrances s’il n’y a pas d’action de votre part. Il est évident et clair que la prière est importante, car la foi en tout ce qui vient de la Lumière vous attire les solutions, les voies, l’aide nécessaire pour vous libérer du problème, mais elle n’élimine pas le problème. Vous continuez à penser que vous n’avez rien à faire, qu’il suffit de prier, que vous n’avez pas besoin de changer, de revoir vos concepts, de revoir vos attitudes, vos pensées, vos propres paroles, que vous n’avait qu’à prier, et tout se passera bien, et même que vous ascensionnerait qu’avec la prière.

Donc beaucoup se sont sentis bouleversés par ce que nous avons dit ici, par les moments difficiles à venir, que vous devez changer. “Comment ça ? Vous ne faites alors que nous apporter plus de souffrance ? Au lieu de nous aider, vous nous apportez de plus en plus de problèmes ?” Croyez-moi, beaucoup de mes fils et filles pensent ainsi, et se disent éveillés. C’est ce qui est le plus incroyable.

Vous qui êtes incarnés en ce moment, vous oubliez un seul détail : les choix ne sont pas les nôtres ; vous faites les choix. Vous choisissez des chemins tortueux, pas nous. Alors quand vient la leçon, quand vient le retour, c’est nous qui n’avons rien fait, c’est nous qui ne faisons rien, dans votre conception.

Vous avez toujours pensé que nous vous porterions sur nos genoux, quoi que vous fassiez. Je suis désolé de vous dire que ce n’est pas le cas. Nous le faisons, oui, quand la souffrance est intense, quand la souffrance est désespérée, mais que vous faites votre part, que vous changez, que vous cherchez à changer, à faire des changements. Dans ce cas, nous sommes heureux de vous aider, de vous porter sur nos genoux.

En toute autre circonstance, nous ne le faisons pas. Nous ne sommes pas les rédempteurs de vos péchés. Les péchés que vous commettez, si vous voulez les appeler ainsi, sont le fruit de vos choix, des choix que votre âme a faits au fil du temps. Ce n’est pas notre faute, mais nous ne pouvons rien changer non plus. Nous ne pouvons pas changer une leçon que vous devez passer. Nous ne le ferons jamais. Nous nous donnons la main, nous aidons sur le chemin, mais nous ne tirons jamais la leçon du chemin.

Alors arrêtons les plaintes inutiles, les plaintes qui ne vous mèneront à rien, au contraire, elles ne feront que causer plus de problèmes, parce que vous ne pouvez pas voir que tout est le fruit des choix que vous faites, de ce que vous émanez, de ce que vous parlez, de ce que vous faites. Nous ne faisons rien, nous ne punissons pas, nous ne mettons pas de pierres sur le chemin de quiconque. Nous sommes toujours prêts à aider, mais aider un corps fatigué de tant essayer ; alors oui, nous l’aidons, nous l’aidons à voir où il se trompe et n’arrive pas aller de l’avant.

Nous aidons à enlever la fatigue, mais nous ne sortons jamais une pierre du chemin. Nous donnons la force pour que vous puissiez les enlever si vous le méritez. Et le mérite vient de la tentative, de la volonté, du réel désir de vraiment comprendre et de se débarrasser de cela. Alors arrêtez de vous plaindre de tout ce qui se passe dans votre monde.

Nous avons déjà dit ici que chacun passera ce qu’il doit traverser pour apprendre des leçons issues des choix faits par le passé. Ça ne sert à rien d’aller dans vos médias et de pleurer, de faire des histoires comme si vous étiez le pauvre dernier être sur la planète. Se plaindre à ses frères : “Regardez ce qui arrive à ma ville ! Regardez ce qui m’arrive !” Vous avez été amené à être dans cette ville ; vous avez été amené à être à cet endroit. Et pourquoi ? Parce que vous aviez besoin de traverser cela.

Alors arrêtons de parler de vos propres malheurs. Arrêtons de pleurnicher avec vos collègues, avec vos amis, avec les autres, en ressentant de l’injustice. Personne n’est lésé. Chacun récolte ce qu’il a semé. Vous pouvez demander de l’aide, oui, pour sortir un peu de la souffrance de ceux qui ont traversé le problème ; vous pouvez demander de l’aide. Mais ne vous plaignez pas : “Regardez ce qui se passe ici !”. Si c’est le cas et que vous étiez là, c’est parce que vous deviez être là.

Comprenez-le. Arrêtez de vous comporter en éternels persécutés, en éternels misérables, qui ne méritent rien. Tout ce que vous traversez est le résultat de vos propres choix d’âme. Ah, mais vous ne le comprenez pas parce que vous ne savez pas ce que vous avez fait dans cette vie ! Alors, apprenez que votre âme est vieille, votre âme est ancienne, et a fait beaucoup de bêtises, et maintenant la facture arrive. “Ah, mais je n’ai pas à payer pour les choses que mon âme a faites !”. Non ? Et vous êtes quoi ? Êtes-vous une énergie perdue dans l’univers ? Non, vous faites partie de ton âme, donc, vous devez apprendre au sujet de quelque chose que votre âme a fait, peu importe quand, ou comment, ou quelle fractale vous étiez. Vous devrez apprendre, parce que l’âme a besoin d’apprendre, et vous êtes son représentant en ce moment. Alors, arrêtez de vous plaindre. Arrêtez de pleurnicher. Arrêtez de vouloir vous mettre en valeur, affirmant que votre souffrance est plus grande que celle de l’autre.

Il y a beaucoup qui souffrent et qui ne se laissent pas aller. Il y a beaucoup qui souffrent et personne ne le sait, car ils ne veulent pas répandre leur souffrance. C’est leur souffrance. Il n’appartient à personne de souffrir avec lui . Si c’est la sienne, il souffrira seulement ; lui et les Êtres de Lumière qu’il invoque. C’est savoir souffrir. Ce n’est pas répandre la souffrance . Arrêtons cela. 

Vous remplissez la bouche : “Je suis éveillé !”. Où, comment, quand ? Parce qu’en agissant de cette façon, vous n’êtes pas éveillé. Vous restez un être qui ne croit en rien de ce dont nous parlons. Vous entendez ce que nous parlons, mais vous n’écoutez pas. Vous n’apprenez pas, vous ne voulez pas apprendre.

Alors pourquoi dire que vous êtes réveillé ? Non, vous ne l’êtes pas. Pour être réveillé, il faut savoir agir, savoir recevoir ce que la vie apporte, savoir comprendre ce que les leçons ont à dire. Alors oui, vous pouvez même dire que c’est un réveil, mais ce n’est pas ce que je vois. Vous criez beaucoup, mais vous criez aussi beaucoup pour rien. Alors arrêtez de vous plaindre. Arrêtez de vous plaindre ; la souffrance qui est la vôtre n’a pas besoin de se propager aux autres.

Répandre votre souffrance aux autres n’apaise pas votre douleur. Cela relève de l’ego. “Si je souffre, je vais dire à tout le monde d’avoir pitié de moi” Est-ce ce que vous souhaitez faire ? Soyez sûr que beaucoup auront pitié de vous et je vais vous dire que c’est une énergie terrible, celle de se sentir désolé pour l’autre. Mais c’est ce que vous générez . Vous cherchez la pitié des autres parce que vous devez répandre votre souffrance, vous devez crier au monde votre souffrance.

Soyez effectivement éveillés. Soyez de ceux qui disent apprendre, mais pour beaucoup, je ne le vois pas. Je vois beaucoup d’êtres qui continuent d’être ce qu’ils ont toujours été, et ils pensent que nous allons trouver un moyen, que nous allons tout résoudre. Pure tromperie. Oui, nous vous aidons quand vous méritez d’être aidés, pas quand vous faites une simple demande ou une simple prière.

Traduction par Ana Gouveia Pereira

Révision par Ingrid de Rio Campo

Posts recentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minha Experiência

Panier